Bateau de pêche

Communiqué de Leif Blanc, délégué national FN à la ruralité, l’agriculture et l’environnement du 19/12/2013

Contrairement à ce qu’a annoncé le ministre de la Pêche Frédéric Cuvillier, l’accord trouvé hier à Bruxelles sur les nouveaux quotas de pêche n’est ni satisfaisant, ni équilibré. Comme ses prédécesseurs, il pèsera lourdement sur la pêche artisanale côtière et enverra à nouveau des bateaux à la casse.

Si l’accord a quelque peu édulcoré les propositions extrémistes de la commissaire européenne à la Pêche Maria Damanaki, il porte cependant la marque du dogmatisme d’une institution plus soucieuse de l’anéantissement progressif de nos flottilles de pêche que de l’état réel des stocks. Une approche particulièrement visible sur la sole et les raies, dont les captures vont subir de nouvelles restrictions que rien ne justifie dans les eaux françaises.

La France possédant l’une des meilleures expertises mondiales en matière de gestion des ressources halieutiques, il est tout à fait scandaleux de voir les gouvernements UMP et PS brader l’avenir de notre pêche côtière et de notre littoral en continuant à céder les uns après les autres aux lubies des technocrates européens.