Sarkozy sourire diabolique

D'après le Canard Enchaîné à paraître ce mardi, Nicolas Sarkozy a assuré à certains de ses proches que "l'UMP se prendrait une branlée aux municipales comme aux Européennes". Pour lui en effet, "Paris, c'est plié, et Marseille risque d'être perdu. Il n'y aura que très peu de gains, qui ne contrebalanceront par les pertes de 2008. Le PS va s'en sortir et le Front National gagnera des villes", aurait-il pronostiqué, ne se montrant pas plus enthousiaste quant à l'échéance de mai prochain, les élections européennes. 

Exit, donc, la vague bleue promise par le chef de file de l'UMP Jean-François Copé en novembre dernier : "Il n'y aura donc pas de vague bleue, et on parlera surtout dans les médias d'une vague bleu Marine", assure l'ancien chef de l'Etat. En cas de retour sur la scène politique, Nicolas Sarkozy ferait sa rentrée après la tempête, vers septembre, aurait-il encore confié. "Si je reviens, ce ne sera pas avant septembre ou octobre", aurait-il prévenu.

Jean-François Copé confiant

Le 24 novembre dernier, le chef de file de l'UMP avait considéré que "les conditions étaient encore réunies pour une vague bleue aux municipales". Jean-François Copé avait renvoyé dos à dos le Parti socialiste et le Front national. "Un piège est tendu, celui d'une collusion entre le PS d'un côté et le FN de l'autre, dans le cadre d'une instrumentalisation indécente", avait déclaré le député-maire de Meaux

Le 30/12/2013

Avec Sipa Média