Marine plateau télé

Avec 120 listes bouclées et 200 très avancées, Marine Le Pen est d'ores et déjà assurée de faire mieux que son père en 2008. À l'époque, le parti géré par ­Jean-Marie Le Pen n'avait pu présenter que 119 listes complètes. En 2001, le même FN avait aligné 200 listes complètes et le MNR de Bruno Mégret 230. Cette année, les "marinistes" espèrent investir 400 à 500 listes complètes pour un millier de têtes de liste désignées dans les villes de 9.000 habitants. "Dans les grandes villes, c'est une formalité. C'est plus difficile dans les petites", reconnaît Nicolas Bay, en charge de la campagne. À Paris, "c'est une formalité de trouver 517 personnes sur 3.000 adhérents".

"Des victoires dans des villes dont on parle peu"

Les 39 villes de plus de 100.000 habitants (soit 15 % de la population française) sont qualifiées de "priorité absolue". Trente-six listes sont constituées ou sur le point de l'être. Restent trois cas : Amiens, où le parti est en conflit, Argenteuil et Montreuil, où les candidats semblent introuvables. Au total en Seine-Saint-Denis, seules 8 villes ont une tête de liste FN. À Saint-Denis, ce sera Didier Labaune (ex-Parti radical).

Pour susciter des vocations, des soirées-rencontres sont organisées par les secrétaires locaux autour d'un verre de beaujolais. Le Front National revendique des "prises de guerre" à Dreux (un ex-adjoint UMP), Longjumeau (ex-UDI)… L'avancement des constitutions de listes correspond à la carte électorale du FN. Dans le Var, la fédération "modèle", les listes dans les villes de plus de 9.000 habitants sont réalisées. Au total, 35 têtes de liste ont été désignées et la moitié est au complet. Dans l'Ouest, c'est plus difficile mais les militants notent un progrès. Par exemple, La Rochelle et Royan seraient ­bouclées. En Bretagne, le FN veut croire à "un vrai essor". Les listes aux municipales sont ainsi effectuées à Rennes, Saint-Malo, Vannes, Brest

Diserts sur le nombre de listes, les proches de Marine Le Pen restent prudents quant au nombre de villes gagnables. Le FN pense passer la barre des 10 % à Lyon et Rennes. Il devrait flirter avec la qualification à Paris et pèsera évidemment à Marseille. Les troupes frontistes enregistreront des hausses dans de nombreuses communes. Des victoires sont en effet possibles à la faveur de triangulaires dans plus de 40 villes, là où le FN a fait plus de 30 % aux législatives. Un conseiller de Marine Le Pen prévient : "Nous aurons des victoires dans des villes dont on parle peu aujourd'hui".

Par Nicolas Prissette le 05/01/2014