Dibrani Léonarda

La mère de Leonarda Dibrani, la collégienne rom kosovare dont l'expulsion par la France avait secoué le gouvernement français, a dit espérer que sa famille obtiendrait un titre de séjour à l'issue de l'examen de leur dossier par la justice française qui débute mardi. "On a parlé tout à l'heure à notre avocat et nous espérons obtenir de bonnes nouvelles", a déclaré Gemilja Dibrani depuis Kosovska Mitrovica, ville où la famille a été logée depuis son arrivée au Kosovo. "Si Dieu existe, tout se passera bien. L'année dernière a été la plus difficile dans nos vies. J'espère que celle qui commence sera meilleure", a ajouté la mère de Leonarda. Le recours des Dibrani sera examiné à partir de mardi devant le tribunal administratif de Besançon (est), en l'absence des membres de la famille qui avaient été reconduits au Kosovo en octobre.

Leonarda Dibrani a aussi assuré que la famille avait de graves difficultés financières. "Nous avons fêté le nouvel an en pleurs. On n'a plus que trois paquets de riz et nous sommes obligés d'emprunter de la nourriture dans des épiceries. L'aide qu'on reçoit, c'est des haricots et la farine. Je ne peux pas nourrir les plus petits avec", s'est plainte Gemilja Dibrani.

Un responsable local a toutefois tempéré cette déclaration, rappelant que les Dibrani recevaient bien une aide de l'État kosovar. "Outre le loyer qui leur est payé, on leur a fourni des vivres pour un montant équivalent à 500 euros jusqu'à maintenant", a dit ce responsable. Le 9 octobre dernier à Pontarlier, près de Besançon, la police avait interpellé Leonarda Dibrani, 15 ans, à la descente d'un bus scolaire alors qu'elle participait à une sortie pédagogique, pour l'expulser avec sa famille au Kosovo. Les parents Dibrani et leurs sept enfants, âgés de 1 à 23 ans, étaient arrivés irrégulièrement en France en janvier 2009, après avoir vécu plusieurs années en Italie.

Avec AFP

Le 06/01/2014