Valls ministre 2

Même s'il se défend de chasser sur les terres de l'extrême droite en pleine campagne, le déplacement de Manuel Valls vendredi ressemble pourtant à une offensive contre Le Front National et la Ligue du Sud. Il passe à Orange où le maire Jacques Bompard se représente sous la bannière de la Ligue du Sud. Il se rend également à CarpentrasMarion Maréchal-Le Pen a été élue députée FN. Et enfin, Sorgues, où la même Marion Maréchal-Le Pen se présente sur la liste Rassemblement Bleu Marine, menée par Gérard Gérent.

A Avignon, où le Front National présente un ancien collaborateur de Patrick Balkany à Levallois, Manuel Valls a défendu le bilan de la création de deux zones de sécurité prioritaire dans le Vaucluse. "J'ai constaté que les premiers résultats sont là", a-t-il affirmé avant de s'exprimer plus clairement sur ses adversaires politiques. "Pour lutter contre ceux qui s'attaquent aux fondements même de la République qui font de la question de la sécurité le seul thème de leur campagne, je veux dire aux habitants de ce département et des villes qui sont concernées par les zones de sécurité prioritaire que nous agissons. [..] C'est le meilleur moyen de lutter contre l'extrême droite et c'est le meilleur moyen de faire valoir les valeurs de la République", a martelé Manuel Valls.

Montebourg en renfort

Manuel Valls a eu droit à un comité d'accueil frontiste à Carpentras. Lors d'un déplacement à pied entre le commissariat et la mairie socialiste de la ville, il s'est fait chahuter par des militants frontistes aux cris de "Hollande, démission" et "Dictature socialiste".

Le ministre de l'Intérieur a été rejoint dans la journée par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, également en déplacement dans la région. Ils achèveront leur déplacement à Orange, par une visite "en tandem" de l'usine Isover, filiale de Saint-Gobain qui fabrique des matériaux isolants.

Le 17/01/2014