Police VL civil

Le trafic perdurait depuis au moins trois ans de façon très discrète et organisée. Dix personnes ont été interpellées, à l’aube de ce mardi, principalement dans le quartier de Planoise, rue de Cologne et rue de Champagne, ainsi qu’à Montrapon, lors d’une opération menée conjointement par la police judiciaire et la sûreté départementale du Doubs.

Deux comparses ont été placés sous contrôle judiciaire dès mercredi, et hier, deux autres lieutenants des principaux trafiquants ont été placés en détention provisoire, après leur déferrement devant le juge d’instruction qui pilotait l’enquête sous commission rogatoire depuis une bonne année.

Deux ans d’enquête

Celle-ci avait débuté en 2012, comme souvent très loin de la cible réelle, à Bouclans, en l’occurrence car le trafic alimentait une importante clientèle sur Besançon et largement alentour. La durée des investigations démontre une nouvelle fois toute la difficulté de démanteler un réseau de trafiquants un tant soit peu prudent et avisé.

Tout le savoir-faire et l’expérience des policiers sont requis dans ce type d’affaires et au terme de cette minutieuse enquête à la fois technique et traditionnelle, cette fois, le noyau dur du trafic a pu être identifié et interpellé. Il s’agit de trois frères, âgés d’une vingtaine d’années, qui allaient se fournir en Hollande et revendaient, via, leurs hommes de main, sur rendez-vous.

Lors du coup de filet, un kilo de cocaïne pure, 750 g de résine de cannabis, 5.000 € en liquide et six armes de poing, dont un pistolet semi-automatique 7,65, ont été saisis.

Ce kilo de cocaïne, une fois coupé, en aurait produit au moins quatre. Ce qui, revendu à 80 € le gramme peut laisser espérer un chiffre d’affaires, donc, de 320.000 € dans le meilleur des cas.

Autant dire que le trio vivait bien. Même s’il affichait un train de vie en apparence modeste pour éviter de se faire repérer, il entretenait un parc d’une dizaine de véhicules très haut de gamme qui devraient être saisis à leur tour.

La cocaïne en hausse

Aujourd’hui, ce sera au tour des trois frères d’être présentés au juge d’instruction Stravinsky. Il y a fort à parier qu’ils rejoindront à leur tour une cellule de la maison d’arrêt, le temps que s’achève le travail de fourmi du juge et des enquêteurs qui viennent de porter un coup remarquable au trafic de cocaïne sur l’agglomération Bisontine. Un type de stupéfiant de plus en plus banalisé depuis une dizaine d’années, par les trafiquants, en raison de sa facilité de transport et de stockage et des bénéfices qu’il engendre.

Par Fred Jimenez le 17/01/2014

Note BYR : ce qui n'est pas dit dans l'article c'est que les trois frères (non, il ne s'agit pas des Inconnus !) sont d’origine kosovare...ce qui confirme, s'il le fallait, les conclusions du rapport de l'Observatoire des réponses pénales qui fait le lien entre l'immigration et les insécurités.