Loup

Dole. Cet agriculteur d’Etrepigney, village situé entre Dole et Besançon dans le Jura, a cru avoir la berlue, samedi matin en allant labourer. « J’ai vu cette bête qui était couchée dans la paille de maïs, à 20 m de moi. J’ai tout de suite pensé à un loup. Un loup dans la plaine, ça m’a vraiment choqué », raconte-t-il. Alors que l’animal se déplace tranquillement dans le champ, l’agriculteur contacte aussitôt le président des chasseurs de la commune.

Un veau retrouvé mort, le loup incriminé

« Aux alentours de midi, je croise un forestier. Je l’arrête pour qu’il confirme mon intuition. Accompagnés d’un jeune chasseur, nous repartons sur le tracteur. Sauf qu’en l’espace de 10 minutes, le loup a disparu. Avant de ressurgir au loin, au beau milieu de la plaine. Nous nous approchons à une quarantaine de mètres pour prendre en photo », explique l’agriculteur. Le cliché dans la boîte, le chasseur n’en revient pas : « Je ne m’attendais pas à ça ici ».

Le lendemain, un jeune conducteur voit l’animal traverser la route : « Il venait de la côte de Cinq-Sens. Je me suis arrêté, éberlué pour le photographier. Il avait vraiment la démarche d’un félin ».

Un autre Jurassien, ayant lui aussi croisé le spécimen, n’en démord pas : « J’ai montré la photo à plusieurs chasseurs, ils me disent tous que c’est un loup ».

A quelques km de là, à Louvatange, une vache a vêlé dans un pré, une quinzaine de jours plus tôt. Son petit a été retrouvé mort. Mais la prudence est de mise : « On va tout mettre sur le dos de ce pauvre loup, mais ça peut être aussi l’œuvre d’un renard. Pour aller à Louvetange, il faudrait que le loup franchisse le Doubs et la Nationale. Même si ce n’est pas impossible, il faut quand même faire attention à ne pas verser dans la psychose », commentent des riverains.

Par Cécile Deplaude le 18/01/2014