Bulletins FN 1

Communiqué de Karim Ouchikh, conseiller de Marine Le Pen à la Culture, à la Francophonie et à la Liberté d’expression, Président exécutif du SIEL du 10/02/2014

Le 8 février dernier au soir, le centre-ville de Rennes a été le théâtre de faits de violences d’une intensité inouïe.

Plusieurs heures durant, les forces de l’ordre ont eu à subir les assauts répétés de groupuscules « antifas » et d’activistes d’extrême gauche, lesquels n’ont pas hésité à s’en prendre également aux passants et aux commerçants.

Les auteurs de ces troubles à l’ordre public, qui se comptent par centaines, ont parfaitement été identifiés. Leurs motivations aussi : tous étaient animés d’un même refus haineux de laisser se tenir paisiblement un meeting autorisé du Front National.

Visiblement gênée aux entournures, la presse a fait le choix depuis lors de garder silence sur ces formes violentes d’intolérance politique et de mettre un mouchoir sur sa propension à traiter l’information politique sur un mode perpétuellement moralisateur. Pourtant prompt à monter en épingle tout acte susceptible d’être imputé artificiellement au Front National, le gouvernement Hollande n’a exprimé de son côté aucune indignation : sur cette sombre affaire, Valls comme Taubira restent toujours aux abonnés absents, l’un comme l’autre renonçant manifestement à réprimer ces actes hautement condamnables et à poursuivre la dissolution des officines extrémistes qui nourrissent depuis trop longtemps cette barbarie politique.

Cette stratégie d’évitement est parfaitement scandaleuse : elle malmène l’état de droit dans notre pays, encourage ces voyous à rééditer leurs actes crapuleux et alimente le discrédit qui accable légitimement la caste médiatico-politique.

Mais ces infamies ne resteront pas impunies. De plus en plus irrités par les connivences idéologiques qui ne soudent que trop une presse complaisante à un personnel politique définitivement déconsidéré, nos compatriotes sauront se souvenir de ces lâchetés, sans cesse répétées, en congédiant sous peu, par les urnes, les frères siamois de l’UMPS.

Le bulletin de vote, arme ultime du peuple français….