Laicité

L’islam chez lui chez nous(1), mais pas partout et plus du tout à l’intérieur de l’entreprise de recyclage Paprec en Seine-Saint-Denis. Une « charte de la laïcité » qui interdit le port de signes religieux vient d’y être signée à l’unanimité des 4 000 employés. Elle ne fait pas référence explicitement à une religion, concerne évidemment toutes sans exclusivité aucune, mais c’est bien sûr à celle du Prophète précisément que tout le monde songe.

On garde à l’esprit le précédent judiciaire à rebondissement de cette salariée voilée de la crèche privée Baby Loup située à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), licenciée pour « faute grave » en raison de son souhait de porter le voile sur son lieu de travail à son retour de congé maternité.

Après que le conseil des prud’hommes ait donné raison à l’employeur – jugement confirmé par la cour de Versailles, désavoué par la Cour de cassation, à nouveau confirmé par la cour d’appel de Paris, toujours en cours par des voies de recours – l’avocat de la plaignante a de toute façon déjà indiqué qu’il saisir si nécessaire la Cour européenne des droits de l’homme

Alors, que se passera-t-il le jour où le DRH de la Paprec signifiera à un juif à kippa, à un Sikh à turban, à une femme à voile ou à un catholique au col ouvert sur une croix venu solliciter un emploi, d’aller se faire embaucher… ailleurs ?

« Le fait religieux dans une entreprise privée relève de lignes juridiquement plus floues que dans l’espace public, autour du principe général de liberté de conscience », écrit Libération. En mars dernier, le défenseur des droits, Dominique Baudis, avait justement déjà demandé une « clarification » de la loi sur la laïcité.

Quoiqu’il en soit, Jean-Luc Petithuguenin, patron de la Paprec, a mis les pieds dans le plat en se protégeant lui-même – de façon un peu mystique, mais ô combien ! prudente en notre époque de totalitarisme anti-fasciste – en expliquant haut et fort qu’il est «  bien connu (qu’il est) un militant antiraciste (et qu’il n’est pas) un militant d’extrême droite. »

Même Libération est obligé de reconnaître que « le groupe privé basé en Seine-Saint-Denis, (est) régulièrement salué comme un modèle en terme de diversité et de promotion sociale, notamment d’employés d’origine étrangère… »

« J’applique le modèle qui prévaut dans la sphère publique et je l’applique à l’entreprise. J’applique le modèle de la République », a insisté Jean-Luc Petithuguenin à l’AFP tout en admettant : « S’il s’agit de reconnaître que c’est militant, la réponse est oui (…) On compte défendre notre point de vue, défendre qu’on l’a voté tous ensemble. Mais effectivement, on prend le risque que les tribunaux nous disent “Vous avez tort” (…) Je suis prêt à endosser ce risque et j’espère pour mon pays que je ne serai pas condamné, qu’on verra une évolution et que le législateur fera peut-être bouger les lignes. »

Car effectivement, que se passera-t-il le jour où un nouvel employé – ou ancien employé qui a signé, mais a changé d’avis ensuite –n’accepta plus de cacher sa Foi au vu et au su de tous ?

Gageons que certains ultras religieux – musulmans (ou autres en mal de promotion – ne vont désormais avoir de cesse que de créer l’incident…

(1) Titre d’un livre de Norbert Multeau aux éditions L’Æncre.

Par Philippe Randa le 13/02/2014