CRAN Tin

L'auteur ou les auteurs de cet article ne sont en rien membres du Front National, du Rassemblement Bleu Marine ou d'un autre mouvement de cette famille de pensée politique -à ma connaissance- et ils ne partagent pas forcément les idées défendues ici.

Boulevard Voltaire

Par Maximilien Richonet le 23/02/2014

On apprend, par le journal Le Monde en date du 18 février 2014, que le CRAN, avec l’association « République et diversité », a réalisé une étude démontrant que 9 % des adjoints élus en 2008 sont « issus de la diversité ».

Déjà, lors de l’élection de Miss France 2013, Louis-Georges Tin, son président, s’était plaint, dénonçant un grave « manque de représentativité de la population française contemporaine » et regrettant que « Miss France [soit] aussi blanche que la neige de fin d’année déposée sur les clochers de notre France éternelle », selon ses propres mots !

Quelle est cette obsession de vouloir différencier sans cesse les Français par l’apparence physique ? Y aurait-il différentes catégories de Français ? À les écouter, il faudrait dans les entreprises, dans les médias, en politique, autant de Noirs que de Blancs, d’Arabes ou d’Asiatiques, autant d’hétérosexuels que d’homosexuels, que de transsexuelles, autant de musulmans qu’il y a de catholiques ou de juifs !

Cet égalitarisme forcené tourne franchement au ridicule.

Mieux : le CRAN (Conseil représentatif des associations noires), de par son nom, exclut de facto une partie de la population par sa couleur de peau. Pourrait-on concevoir un instant l’existence d’un CRAB (Conseil représentatif des associations blanches) ? On imagine le scandale que cela susciterait !

Se pose donc la question de la légitimité, en France, de l’existence d’une telle association et de son financement par l’État, qui sous couvert d’égalitarisme discrimine racialement une partie de la population, en contradiction totale avec l’article 1 de la Constitution qui déclare : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. »

Il n’y a jamais de conséquences sans causes, or, c’est par l’existence de telles associations qu’une montée du communautarisme se fait sentir, que la France se fragmente et se divise, qu’une montée du racisme quel qu’il soit peut apparaître.

Un Français est un Français à part entière quelle que soit sa couleur de peau, son origine ou bien encore sa religion, et il n’y a qu’une seule communauté qui vaille : la communauté nationale ! Sachons dire stop au communautarisme et à ces associations qui l’entretiennent !