Martin Désir

Communiqué de Presse de Florian Philippot, Vice-Président du Front National du 25/02/2014

Edouard Martin, tête de liste du PS dans la circonscription Est des élections européennes, ne montre aucune limite dans son mépris pour les ouvriers de Lorraine. Après avoir sacrifié le combat mené pour la défense des travailleurs lorrains contre Mittal, le voici qui vante la « loi Florange ».

Celui qui déclarait en décembre 2012 avoir « deux ennemis, le gouvernement et Mittal » avait déjà désespéré les syndicalistes et plus largement les ouvriers de Lorraine en devenant le candidat du gouvernement aux européennes, et en trahissant ainsi de la manière la plus éhontée et la plus vulgaire son militantisme passé. Mais nous n’étions pas au bout de nos surprises. Le désormais très « hollandiste » Edouard Martin se réjouit du vote d’une loi pourtant totalement vide, dont tout le monde sait qu’elle n’aura absolument aucun impact sur la violente désindustrialisation qui frappe la Lorraine et plus largement les terres ouvrières de France. Pis, cette loi ne sert qu’à masquer l’inaction du gouvernement, et donc cautionne le saccage de l’industrie française. Rien en effet sur les vrais enjeux que sont le protectionnisme intelligent et la fin de l’euro pour retrouver une industrie compétitive .

Par ce soutien à une loi inique, symbole du mépris du pouvoir en place pour la parole donnée et pour la souffrance du monde ouvrier, Edouard Martin finit de montrer son vrai visage : celui d’un ambitieux qui n’a en réalité aucune conviction, celui d’un petit politicien comme tant d’autres, qui est prêt à sacrifier toute moralité pour aller manger à la gamelle que lui a préparée le Parti Socialiste.