Marine-Le-Pen

L'auteur ou les auteurs de cet article ne sont en rien membres du Front National, du Rassemblement Bleu Marine ou d'un autre mouvement de cette famille de pensée politique -à ma connaissance- et ils ne partagent pas forcément les idées défendues ici.

Boulevard Voltaire

Par Joris Karl le 08/03/2014

Le pouvoir multiforme (politique, économique et médiatique) qui régente la France depuis les années 1970 a un gros souci avec la réalité : celle-ci le contredit chaque jour avec une insolence perfide. Exemples les plus flagrants : « l’immigration nous enrichit »« l’euro est bon pour l’économie »« la courbe du chômage va s’inverser », etc.

Ultime solution pour contrer les adversaires du système auxquels le présent donne raison : invoquer leur passé, ou celui de leurs ancêtres ! Ainsi, d’une manière assez ignoble, non dénuée d’un certain racisme, on n’appelle plus guère Dieudonné « Dieudonné » mais monsieur M’Bala M’Bala, le renvoyant sournoisement à ses origines africaines. Pour l’opposition purement politique, on ressort des faits assez anciens, sans aucun rapport avec l’actualité.

L’interview de Marine Le Pen ce jeudi sur RTL a été un modèle du genre. À la baguette, le troublant Jean-Michel Apathie, dont on ne sait plus qui de lui ou de son guignol est une marionnette. Jouant avec application son rôle de journaliste roublard, le futur prix Pulitzer (catégorie presse cassoulet) a commencé son entretien en évoquant… le match de football France-Pays Bas de la veille, insistant sur le fait que les deux buts tricolores avaient été marqués par Karim Benzema et Blaise Matuidi.

La présidente du FN, un peu déconcertée par cette entrée en matière, se déclara« imperméable au football ». C’est alors que notre Albert Londres discount, toujours au fait de l’actualité politique la plus brûlante, dégaina son arme fatale : « En… 2006, Jean-Marie Le Pen disait que la France ne se reconnaît pas totalement dans cette équipe, à cause de la proportion des joueurs de couleur… »

Marine Le Pen, consternée, fixa son hôte et lui lança : « Monsieur, je crois que vous êtes monomaniaque. Êtes-vous secrètement amoureux de Jean-Marie Le Pen ? Chaque fois que je viens [dans votre émission], vous me parlez de lui ! […] Vous frisez le ridicule, passons à autre chose, parce que très honnêtement… » Et Jean-Michel, devenu antipathique, de la relancer, révélant ses étranges obsessions : « Vous ne voulez pas me répondre ? Y a-t-il trop de joueurs de couleur dans l’équipe de France ? » La tension montait sur le plateau, Marine Le Pen évoquant l’incroyable augmentation de l’immigration illégale en Europe (+ 48 %) dont les médias français ont malencontreusement« oublié » de parler et faisant la leçon à l’interviewer tout penaud.

Cette manie de rappeler le passé des uns et des autres trahit en quelque sorte l’impuissance de ces « élites ». Encore récemment, le ministre Valls soulignait le passé « d’extrême droite » de Claude Goasguen, provoquant le départ des députés UMP de l’hémicycle ! À ce train-là, ça va devenir chaud pour tout le monde, car tous ceux qui ont un peu vécu n’ont pas toujours été des bisounours. Ça vaut pour Le Pen mais, qui sait, aussi pour Apathie !


Marine Le Pen souhaite une saisie des... par rtl-fr