Marine et Steeve Briois 14 mars 2014 Hénin

« On vit une fin de campagne sereine et tranquille », confie Marine Le Pen en vapotant sa cigarette électronique, avant son meeting à Hénin-Beaumont. La patronne du FN égrène les motifs de satisfaction : les 21 700 candidats investis pour les municipales, les bons sondages, les potentialités de victoires dans une dizaine de villes.

.. et le climat des affaires touchant l'UMP et le PS. « Ce sont les arroseurs arrosés ! En se rejetant chacun la faute, ils s'abîment mutuellement et tombent dans le trou qu'ils ont creusé », fanfaronne-t-elle, en espérant tirer un bénéfice électoral du « véritable dégoût que ressentent les Français ». Et elle l'assure : « Je ne suis pas tombée de ma chaise en apprenant toutes ces affaires. Cela fait même des mois que je dis que l'UMP a la mérule (NDLR : champignon destructeur). Et quand une baraque a la mérule, on ne peut plus rien faire, tout est rongé... »

A une semaine du premier tour, la présidente du FN boit du petit-lait. Et c'est dans son fief politique, cette ancienne terre minière tenue depuis cinquante ans par la gauche, qu'elle a retrouvé hier soir ses supporteurs pour encourager Steeve Briois, tête de liste. En 2009, lors d'une municipale partielle, le FN avait raté l'élection... à 265 voix. « Si vous voulez que ça change, c'est maintenant ! » a d'ailleurs insisté Briois, hier soir, devant plus de 400 personnes, alors qu'un sondage Ipsos paru à la mi-janvier l'a pour la première fois donné vainqueur, avec 50,5 % des voix au second tour face au maire sortant, Eugène Binaisse (PS-PC-EELV).

« Hénin-Beaumont est à l'image de notre pays : malade et miné par les scandales », tonne Cindy en s'installant dans la salle des fêtes. Elle fait référence aux détournements de fonds publics de l'ex-maire PS, Gérard Dalongeville, qui ont ruiné la ville dans les années 2000. « Et je n'oublie pas que Hollande, qui pendant onze ans a été le premier secrétaire du PS, n'a rien dit et rien fait alors qu'il y avait dans le Pas-de-Calais une mafia organisée qui volait les pauvres », insiste Marine Le Pen.

Autant dire qu'à Hénin-Beaumont, comme partout en France, le FN entend faire de ces élections un vrai tremplin en vue de sa conquête du pouvoir. « Ces municipales, elles sont pour moi fondamentales. Elles vont constituer une épreuve de vérité », reconnaît la présidente du parti frontiste.

Par Olivier Beaumont le 15/03/2014