Marine, Françoise Grolet Metz mars 14

La patronne du Front National poursuit son tour de France à une semaine du premier tour des municipales. Marine Le Pen pense que son parti sera la surprise de cette élection à Metz où «l’UMP et le PS appliquent la même politique».

Marine Le Pen a renvoyé dos à dos le maire (PS) de Metz Dominique Gros et la candidate de l’UMP Marie-Jo Zimmermann. La présidente du Front National qui est venue soutenir sa candidate Françoise Grolet a vivement critiqué le maire sortant estimant qu’il est «obsédé par le maire de Paris Bertrand Delanoë comme modèle pour faire de Metz une ville de bobos».

Elle a également pointé du doigt l’augmentation des impôts locaux consentie par Dominique Gros au début de son mandat. «Une promesse contraire à son engagement et conforme à la vieille technique socialiste». Alors que la candidate FN est créditée de 11% dans un sondage BVA pour la presse régionale, Marine Le Pen a vivement critiqué ces projections «délirantes». «Et si l’institut de sondage versait 10 000 euros au Restos du Cœur pour chaque point manqué dans ce sondage et réalisé par Françoise Grolet ?» ironise Marine Le Pen.

Le Pen vise un score supérieur à 20%

La présidente du parti espère réaliser un score conforme à la présidentielle de 2012 qui l’a placé en Lorraine et à Metz au-dessus des 20%. «Les sondages seront relevés la dernière semaine. Le Front National est dans une dynamique. Nous sommes le seul parti de la vraie vie» a estimé Marine Le Pen lors d’une conférence de presse vendredi. Avant, elle a effectué une tournée dans un marché populaire de la ville où elle a rencontré des commerçants et des habitants.

«Metz est devenue une plaque tournante pour les immigrés et faux demandeurs d’asile» par la faute de l’UMP et du PS a taclé Marine Le Pen qui s’est également opposée au projet de mosquée «financée par l’argent public» qui doit bientôt sortir de terre à Metz. «L’UMP s’est abstenue sur ce vote au conseil municipal de Metz. C’est le maximum de courage qu’on lui connaît. Voilà une preuve que l’opposition actuelle ne sert à rien. Le Front National sera une vraie opposition».

Marine Le Pen a assuré que le choix des municipales à Metz ne se ferait pas entre le PS, l’UMP et le FN mais entre «l’UMPS et le Front National». Attaquée sur la gestion des villes gagnées par le Front il y a quelques années qui avait fait la une des médias notamment par des condamnations de certains des maires, Marine Le Pen s’est défendue. «Notre parti avait 20 ans, aujourd’hui il en a 40. Nous avons appris de nos erreurs» a-t-elle estimé.  

Dans une interview exclusive à LOR’Actu.fr, Marine Le Pen a détaillé sa vision de la gestion des villes si le FN arrive au pouvoir. «Ce ne sera pas des laboratoires, les gens ne sont pas des rats, des cobayes» a-t-elle assuré lors de sa conférence de presse à Metz. Pour elle, la gestion à Vitrolles était «une erreur politique car il ne fallait pas faire de cette ville un laboratoire idéologique».

Metz (57) mairie

La patronne du Front National affirme dans un entretien exclusif à "LOR’Actu.fr" qu’elle ne «demande pas la démission de Christiane Taubira» mais charge les «compétences» de la ministre de la Justice. Avant son déplacement à Metz (Moselle) vendredi, elle répond à nos questions.

Christiane Taubira est affaiblie après son «mensonge» sur les écoutes de Nicolas Sarkozy. Elle a d’abord affirmé ne pas être informée puis a dit le contraire. Lors d’une conférence de presse elle a également montré des documents contredisant ses propos. Demandez-vous sa démission ?

A chaque fois qu’il y a un problème dans ce gouvernement on demande une démission. Je pense que le problème ne vient pas seulement de Christiane Taubira mais de l’ensemble de ce gouvernement. Le problème est bien plus profond. Cette ministre de la Justice n’a aucune compétence. Ce n’est pas dans sa formation d’être chargé de la Justice au sein de ce gouvernement. Il faut de nouvelles élections législatives, voilà ce que je demande. Depuis le début du mandat de François Hollande, on a appelé à la démission une dizaine de ministres. L’UMP passe son temps à ça. Christiane Taubira est contraire à sa fonction républicaine. Elle est mariée à un homme qui a été condamné pour terrorisme. Elle a pris des cours avec lui…

La ministre a-t-elle menti aux Français ?

Elle a menti, c’est clair. Il est impossible de dire le contraire. En montrant les documents à la télévision, elle a avoué qu’elle a appliqué le mensonge devant les Français.

Manuel Valls a affirmé être au courant des écoutes visant Nicolas Sarkozy en lisant «Le Monde». Le croyez-vous ?

Absolument pas ! Non je ne le crois pas. Soit Manuel Valls a été informé et il ment également, soit il n’a pas été informé et c’est une preuve de son incompétence.

"Je ne tire aucun bénéfice de ces affaires"

Le fait que Nicolas Sarkozy a été placé sous écoute vous choque-t-il ?

Le président de la République qui n’est plus en exercice doit être traité comme n’importe quel citoyen. Mais ce qui me choque, c’est la durée des écoutes. Une telle durée est avant tout appliquée pour les affaires de grand banditisme. Je m’attache avant tout au respect des libertés individuelles et ce que je constate et déplore c’est que le secret de l’instruction ait été violé dans cette affaire. Comme dans beaucoup de cas il est violé, ça permet de faire exploser des affaires qui parfois n’en sont pas. Je constate aussi que certains médias sont branchés en permanence avec le bureau des juges et avec le ministère de l’Intérieur.

Ces affaires vous sont-elles profitable ? Avec un gouvernement impopulaire et une droite touchée par les affaires, vous devez avoir le sourire…

Je suis une femme loyale. Je ne tire aucun bénéfice de ces affaires qui sortent comme par hasard en pleine période électorale. Je trouve le calendrier de sorties de ces affaires sur place publique suspect. Du coup les Français sont oubliés. On ne parle pas du chômage, de la sécurité, des petits retraités… Je suis la présidente de parti qui parle de la vraie vie. Si ces faits sortent maintenant ce n’est pas un hasard. Ce sont des affaires qui datent d’avant la présidentielle de 2012. Pourquoi ne sortent-elles pas dans 3 mois ? Certains instrumentalisent ces affaires à des fins politiques et je le regrette

Etes-vous favorable au retour de 3 opérateurs téléphoniques, Orange, Free et Bouygues ?

Je ne suis évidemment pas favorable à ce retour à trois opérateurs. Dans ce dossier, on est dans le mensonge complet. Arnaud Montebourg est totalement incohérent. D’abord, il dit que la concurrence est importante pour le consommateur puis il veut concentrer les acteurs du marché. Il est pour le pouvoir d’achat mais pour la réunion des acteurs. Il se contredit.

Près de 600 listes portent les couleurs du Front National en France dans le cadre des municipales. C’est un record mais toutefois peu par rapport au nombre de villes…

Je suis en désaccord avec votre analyse. Nous sommes à égalité avec l’UMP et le PS si je ne compte pas les listes d’union présentées par ces partis. C’est un exploit que réalise le Front National car je rappelle que nous ne partons de rien. Par exemple en Lorraine, en 2008 le FN ne présentait aucune liste. En 2014, nous avons 23 listes. Nous avons fait preuve d’un effort remarquable. Mais il est vrai qu’il y a eu des difficultés à construire des listes. La parité a beaucoup contribué à cette difficulté qui touche aussi le PS et l’UMP. Quand on met le pied dans la porte, on s’implante rapidement. Regardez dans le nord de la France. En un mandat, on s’est implanté dans tout le bassin minier…

"Il n’y a pas de candidats forcés au FN"

Il est pourtant toujours difficile pour vous de vous implanter dans certains villes…

Il y a eu beaucoup de pressions d’adversaires politiques. Certains exécutifs locaux ont fait preuve de méthodes scandaleuses pour faire pression. Il y a eu du chantage au logement social, auprès des commerçants. Le système UMPS a tout fait pour que ne soyons pas présents dans certaines villes.

Le Front National accumule les dérapages de ses candidats. Soupçons de nazisme, de racisme, affichage avec des tatouages douteux… Qu’allez-vous faire ?

Nous avons 22 000 candidats qui sont passés au crible par nos adversaires et par les médias. Mais font-ils pareil pour les listes du PS ou de l’UMP ? Non. Quand une candidate de l’UMP est accusée d’antisémitisme, il y a deux lignes dans la presse. C’est scandaleux. Le système est tellement inquiet de notre puissance, qu’on souhaite nous mettre en difficulté. A Perpignan, le candidat de l’UMP est soutenu par un parti dirigé par une personne condamnée pour apologie de crime de guerre. Personne n’en parle.

De plus en plus de candidats se retirent des listes du FN affirmant être des candidats «malgré eux». Avez-vous forcé des candidats à s’inscrire sur vos listes pour les boucler à temps ?

Certains se retirent de ces listes à cause de menaces des maires sortants qui exercent une pression sur ces gens. Le maire en place a à un pouvoir important et il en fait usage. Ils seront poursuivis sur le plan pénal. Ils ne tireront pas profit de ces manœuvres. Tous les candidats au FN ne le sont pas malgré eux. Comment voulez-vous que ces candidats soient forcés alors qu’il est demandé de remplir un formulaire officiel du ministère de l’Intérieur demandant des informations très précises ? Nous demanderons l’annulation des élections dans les villes où les listes FN sont suspendues.

Comment allez-vous gérer les villes que vous pouvez gagner le 30 mars prochain ?

Nous baisserons la fiscalité car il est insupportable de supporter une telle pression.Que ce soit dans des villes de gauche ou de droite, la fiscalité a augmenté. On fera des économies sur les dépenses de communication, de promotion des élus ou encore de clientélisme. On supprimera les subventions aux associations communautaristes.  Il n’y aura plus de subventions pour des associations «Femmes du Maroc» par exemple. On aura un profond respect de l’argent public. Est-il utile de se lancer dans de grands projets pharaoniques ? La sécurité et sera aussi une priorité de notre programme.

"Je ne vais plus chez Canal+. C’est un cirque"

Combien d’élus souhaitaient vous obtenir au soir du second tour ?

On va être la véritable surprise de ces élections municipales. L’objectif est d’avoir 1 000 conseillers municipaux. Pour le nombre de villes, il est impossible de le dire aujourd’hui. Notre implantation locale va commencer avec ces élections municipales puis je caresse l’espoir d’arriver en tête aux élections européennes.

Vous avez vivement critiqué Canal+… vous allez désormais refuser les invitations de la chaîne ?

Je refuse toutes les invitations qui proviennent de Canal+. J’ai encore ce droit d’une part de ne plus donner d’argent en coupant mon abonnement puis de ne pas participer à ce cirque en allant sur les plateaux du Grand Journal ou du Petit Journal. Cela fait des mois que je refuse les invitations et ça sera le cas pendant les municipales. Ces sont des personnes qui s’affirment être porteurs de la morale autoproclamée. Les Français qui votent pour le Front National refusent d’être insultés. En conférence de presse, les journalistes de Canal+ sont accrédités mais je continuerai de refuser le Petit Journal qui est une émission de divertissement.

Yannick Noah affirme ce jeudi sur RTL être «très content des réactions de haine du Front National» après la diffusion de sa nouvelle chanson critiquant votre parti. Que lui répondez-vous ?

Je n’ai pas eu de réaction de haine. J’ai juste dit que ça chanson est nulle. Il a dit qu’il quittera la France si nous arrivons au pouvoir. On sait ce qu’il reste à faire pour qu’on se débarrasse de M. Noah. Voter Front National… 

Le 13/03/2014