Marine Marseille 160314

La présidente du Front National Marine Le Pen a moqué dimanche à Marseille, lors d'une réunion publique, PS et UMP, le "parti du silence, tentant d'étouffer la campagne électorale" des municipales. "L'UMPS se coalise une fois encore dans le parti du silence, tentant d'étouffer la campagne électorale, d'éviter la confrontation des idées, des projets, de jouer le jeu de la démocratie", a critiqué Marine Le Pen dans une salle pratiquement pleine, devant plus d'un millier de personnes.

"Une semaine nous sépare du premier tour des municipales. Le PS et la fausse opposition UMP ont tout fait pour qu'on ne parle pas de ces élections, nous sommes les seuls à avoir véritablement fait campagne", s'est félicitée la présidente du FN dans un discours d'une demi-heure.

Marine Le Pen a fait de nombreux déplacements de soutien à ses candidats depuis l'automne et accéléré le rythme depuis la mi-février, avec au moins 3 à 4 conférences de presse et/ou réunions publiques par semaine. Elle venait à Marseille soutenir le chef de file du FN local, Stéphane Ravier.

"PS et UMP ont honte d'eux-mêmes"

D'après elle, "si (les autres partis) se montrent trop, c'est la sanction qui les attend au tournant. PS et UMP ont honte d'eux-mêmes, ce sont les deux partis de l'échec." "Les candidats localement ne se réclament plus d'un parti. PS, moi ? Oui, enfin, c'est plus compliqué'", s'est-elle amusée, imitant un supposé candidat socialiste.

Pour la députée européenne, UMP et PS "rêvent de l'abstention la plus élevée, c'est leur secret espoir, c'est le véritable objectif de François Hollande, qui voudrait passer à travers les gouttes"."L'UMPS a choisi l'omerta. Chômage ? Omerta ! Insécurité, barbarie ? Omerta ! Immigration légale ou illégale ? Omerta ! Concurrence déloyale ? Omerta !" a listé Marine Le Pen.

"À Marseille ici, il n'y a pas de crise, la crise n'existe pas, tout va bien. Les problèmes d'insécurité sont une illusion. La ville est calme, n'est-ce pas, M. Gaudin ?" a-t-elle lancé.

Le FN en pleine progression à Marseille

La patronne du FN a vanté son candidat dans la ville : "Seul Stéphane Ravier s'intéresse à la vraie vie des Marseillais, il n'augmentera pas la fiscalité locale et les dépenses, il assurera la transparence dans l'attribution des logements sociaux, il arrêtera de subventionner les associations communautaristes, il défendra la laïcité dans les cantines scolaires, il agira contre les installations sauvages de nomades", a-t-elle promis.

Dans tous les secteurs de Marseille, le FN sera en embuscade. Passé de moins de 2 % des voix et un seul conseiller municipal en 2008 à près de 15 %, voire 20 % attendus aujourd'hui, selon les sondages, le Front National ambitionne de jouer les faiseurs de rois, à la faveur de triangulaires, s'imposant ensuite comme arbitre au sein du conseil municipal.

 Le 16/03/2014 avec AFP