Louis Aliot Perpignan

L'engouement pour Louis Aliot, constaté toute la journée dans les différents bureaux de vote de Perpignan, n'était donc pas une vue de l'esprit. Selon les premiers chiffres de sortie des urnes, le compagnon de Marine Le Pen récolte 34,4% des voix dans la cité catalane. Il dépasse Jean-Marc Pujol, le maire (UMP) sortant, de quatre points (29,8%). Une vraie claque pour l'édile UMP, que tous les sondages plaçaient en tête au premier tour. 

Une douche froide pour la gauche

Derrière, c'est l'hécatombe. La liste PS-PC-PRG-MRC du député Jacques Cresta n'obtient que 12% des suffrages. Bien loin des 19% promis par les sondages. Il s'agit de la seule autre liste qui dépasse le seuil de 10%, synonyme de qualification pour le second tour. Signe de l'ampleur de la déconvenue, le Parti socialiste a annulé sa soirée électorale à Perpignan. Avec un FN en tête, la question du maintien ou du désistement au profit du front républicain se pose plus que jamais pour le candidat socialiste.  

La surprise Ripoull

Le scrutin accouche d'une autre surprise de taille : la candidate centriste Clotilde Ripoull (sans étiquette) manque de justesse le seuil pour se qualifier pour le second tour avec 9,9% des voix. Un chiffre qui pourrait évoluer, dans un sens comme dans l'autre, et rebattre les cartes du second tour. 

Les cinq autres listes se situent loin derrière. L'écologiste Jean Codognès obtient 6,4%. La liste des Jeunes engagés, formée au dernier moment et d'une moyenne d'age de moins de 35 ans, récolte 2,6%. L'extrême-gauche de Stéphanie Font (NPA) obtient 2,4%, suivie par le duo Axel Belliard-Jacqueline Amiel Donat (2%) et enfin, la liste Lutte ouvrière de Liberto Plaa (1%). 

Alors que l'abstention, estimée à 38,5%, a battu de nouveaux records dans l'ensemble du pays, les électeur se sont davantage déplacés à Perpignan et dans les Pyrénées-Orientales. Le taux de participation s'élève à 64,57% dans le département. 

Par Sylvain Rolland le 23/03/2014