Harlem Désir sépia

Ce lundi, le premier secrétaire du PS a annoncé qu'une de ses listes, à Tarascon, se retirait du second au profit d'un front républicain. Problème ? Cette candidature n'était pas qualifiée pour le second tour.

La boulette. Le premier secrétaire du Parti socialiste a défendu ce lundi lors d'un point presse l'idée d'un front républicain. Et il assure que ses candidats vont se retirer s'ils sont troisième dans le cas d'une triangulaire avec le Front National. Sauf que Harlem Désir annonce également qu'un de ses candidats se retire, alors qu'il n'est pas qualifié.

Au soir du premier tour de l'élection municipale, le Parti socialiste ne s'est pas qualifié pour le second tour dans la ville de Tarascon, dans les Bouches-du-Rhône. Ce qui n'a pas empêché Harlem Désir d'assurer ce lundi matin que la liste du Parti socialiste se retirait pour faire obstacle au Front National, arrivé premier avec 39% des suffrages. Dans cette localité, le Parti socialiste n'a rassemblé que 6,43% des voix.

«Dans plusieurs de ces villes les listes socialistes ont pris la décision et ont annoncé qu'elles se retiraient. C'est le cas en particulier à Tarascon et à Saint-Gilles», assure Harlem Désir, dans une boulette repérée par le Lab.

Au site politique, Christophe Borgel, secrétaire national du PS chargé des élections, reste évasif sur les explications données. «Ce qui compte c'est qu'on appelle à voter UMP contre le FN», indique-t-il. Poursuivant: «C'est un désistement quand même quand on appelle à voter. Peu importe qu'on soit qualifiés ou pas à Tarascon, on ne peut pas fusionner les listes

 Par Ivan Valerio le 24/03/2014