Montbéliard Mairie

La plus grosse surprise du premier tour des élections municipales dans le Doubs est venue de Montbéliard. Le maire sortant socialiste Jacques Hélias y a subi un véritable camouflet, en obtenant moins du quart des suffrages exprimés, et perdant près de mille voix par rapport à 2008. Son opposante, Marie-Noëlle Biguinet arrive largement en tête (41,30 %), mais devra cependant compter sur la présence de la candidate Front National Sophie Montel (16,92 %).

Du coup, se pose dès à présent la question de la majorité à la puissante communauté d’agglomération du pays de Montbéliard, la gauche ayant d’ores et déjà perdu les bastions ouvriers de Mandeure et Hérimoncourt, où Joseph Tyrode et Alain Aubert ont été battus.

A Besançon, la situation est délicate également pour le maire sortant PS Jean-Louis Fousseret. Victime d’un morcellement de la gauche, il n’obtient qu’un petit 33,63 %, tout juste devant son adversaire UMP Jacques Grosperrin (31,64 %). Comme à Montbéliard, le Front National tiré par Philippe Mougin est en position de se maintenir (11,76 %). Une triangulaire se jouera par conséquent dimanche dans la capitale comtoise, pour laquelle le maire sortant devrait négocier serré avec ses deux ex-conseillers dissidents, Frank Monneur et Lazhar Hakkar qui, à eux deux, « pèsent » près de 9 %

A Pontarlier, pas de surprise. Le maire sortant UMP Patrick Genre a été réélu dans un confortable fauteuil, de même que la députée-maire de Morteau Annie Genevard et le sortant d’Ornans, Jean-François Longeot. A gauche, mêmes plébiscites pour le sénateur-maire socialiste d’Audincourt Martial Bourquin, et pour le premier vice-président de la Région, Denis Sommer à Grand-Charmont. Les électeurs ont en revanche montré la porte de sortie à l’ancien député socialiste Joseph Parrenin. Maire de Maîche depuis 19 ans, il a été battu par Régis Ligier.

Par Serge Lacroix le 24/03/2014

L'Est républicain