Ravier Stéphane Maire

Stéphane Ravier doit être intronisé maire du septième secteur - 13e et 14e arrondissements - de Marseille ce vendredi. Mais des militants du Parti Socialiste ont pénétré dans la salle avec des pancartes indiquant notamment "la gauche contre le FN".

Stéphane Ravier devait connaître son jour de gloire ce vendredi. En effet, le deuxième homme du premier tour des municipales à Marseille doit se voir élire maire du septième secteur de la ville après ses résultats probants au second tour des municipales. Mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévues.

Des militants du Parti Socialiste ont pénétré dans la salle de la mairie avec des pancartes indiquant, entre autres, "la gauche contre le FN". Des slogans "anti-FN" ont aussi été scandés, rapporte notre correspondant sur place. La séance a été suspendue avant de reprendre normalement.

"Ils auraient mieux fait de se mobiliser dans les urnes, a commenté Stéphane Ravier. La démocratie a parlé, ils doivent l'accepter. Nous verrons comment cette cérémonie va se passer".

Sur place, un journaliste, auteur d'un documentaire sur Marseille, affirme que "la moitié du personnel de la mairie du 13e et 14 arrondissement ne veulent pas travailler" avec Stéphane Ravier. En réponse, ses partisans "chantent la Marseillaise", raconte-t-il sur twitter.

"Ceux qui souhaitent continuer à travailler pour la collectivité je les garde, libre aux autres d'aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs. Mais je ne les ai pas encore rencontré", a dit Stéphane Ravier sur BFMTV

"Pas fan" du mariage homosexuel

Ironie du sort, l'élu frontiste qui a pris des positions hostiles au mariage des couples de même sexe - il n'est "pas fan" de la loi - devait, comme premier acte de maire, marier un couple homosexuel dont les bans avaient été publiés avant son élection

"Je serai pris par le Conseil municipal de Marseille cet après-midi et une adjointe FN assurera la cérémonie", a nuancé l'élu frontiste sur BFMTV

Le leader frontiste marseillais a remporté l'ex-fief de la députée PS Sylvie Andrieux, qui y conduisait la liste PS en 2008, condamnée en 2013 à la prison et l'inéligibilité pour avoir financé des associations fictives à des fins électoralistes. 

Le 11/04/2014

Note BYR : Imaginez deux seconde que des militants FN pénètrent dans une mairie PS le jour de l'élection de son maire et que "la moitié du personnel de la mairie" refuse de travailler pour le maire élu...Vous aurez compris ! Des démocrates, ces gens là !