Marine Le Pen BFM-TV 2013

Si la prochaine élection présidentielle avait lieu dimanche 20 avril, Marine Le Pen se qualifierait pour le second tour, quels que soient les candidats adverses. Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé feraient pratiquement jeu égal (respectivement 31% et 30%) au premier tour et affronteraient la patronne du FN au second tour, selon un sondage Ifop pour Ouest-France*, publié vendredi 18 avril. Et dans tous les cas, François Hollande ne se qualifierait pas pour le second tour.

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy reste toujours en tête des intentions de vote avec quatre points de plus par rapport à son score du 22 avril 2012. Mais l'ex-chef de l'Etat voit désormais son ancien ministre de la Défense et des Affaires étrangères Alain Juppé, obtenir un résultat quasi-similaire, s'il était le candidat de l'UMP. Marine Le Pen obtiendrait 24% des suffrages face à Nicolas Sarkozy et 26% face au maire de Bordeaux.

"Les deux hommes sont au coude-à-coude. La popularité d'Alain Juppé est grandissante. Il vient d'être relégitimé par sa très belle victoire aux municipales à Bordeaux. Il peut donc mettre à mal la stratégie de retour de Nicolas Sarkozy", analyse Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop. S'il représentait l'UMP, François Fillon réaliserait, lui, un score nettement inférieur (22%), mais il se qualifierait tout de même pour le second tour, tout en étant distancé de sept points par Marine Le Pen.

Hollande en chute de dix points par rapport au 22 avril 2012

Dans toutes les configurations, le président François Hollande serait battu : avec 18 % des intentions de vote face à Nicolas Sarkozy comme face à Alain Juppé, et 19% face à François Fillon, il est en chute de dix points par rapport à son score de 2012, où il avait obtenu 28,6% au premier tour. "Ce mauvais score démontre, à nouveau, ses vraies difficultés", détaille Frédéric Dabi.

Le président du MoDem, François Bayrou, obtient, selon les configurations, de 10% à 13% des intentions de vote contre 9,1% en 2012. A gauche, ni Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche, 9%), ni Eva Joly (EELV, 3%) ne profiteraient de la chute de popularité de François Hollande. Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République, 2% à 2,5%), Philippe Poutou (Nouveau parti anticapitaliste, 1,5%) et Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière, de 0,5% à 1%) feraient des scores proches des leurs en 2012.

*Enquête réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 15 au 18 avril, auprès d'un échantillon de 998 personnes représentatif de la population française et inscrites sur les listes électorales. Méthode des quotas.

Le 18/04/2014