Normandie-Niemen

Communiqué de Karim Ouchikh, conseiller de Marine Le Pen à la Culture, à la Francophonie et à la Liberté d’expression Président exécutif du SIEL, Candidat aux européennes sur la liste Ile-de-France d’Aymeric Chauprade du 09/05/2014

La Russie célèbre aujourd’hui avec éclat la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie. De cette époque troublée, la France et la Russie partagent bien des souvenirs en commun. Symbole parmi tant autres de cette amitié forgée entre nos deux pays dans la lutte contre l’ennemi commun, l’escadrille Normandie-Niemen.

Au même titre que la « 2ème D.B. », l’escadrille « Normandie-Niemen » est devenue très tôt une légende, au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Elle fut créée en septembre 1942 par le Général de Gaulle pour représenter la France Libre sur le front de l’Est. Le palmarès de cette unité combattante la place au firmament de l’histoire de l’aviation militaire française : avec 96 pilotes, volontaires, dont 42 ne sont pas revenus, le groupe de chasse « Normandie-Niemen » aura inscrit à son tableau 5240 missions, 273 victoires confirmées et 36 probables….

Alors qu’une certaine pensée dominante se plait à décrier ad nauseam la Russie de Vladimir Poutine, il est bon de rappeler le rôle éminent du peuple russe durant la Seconde Guerre mondiale, sans le sacrifice duquel les puissances de l’Axe auraient probablement résisté plus longtemps. En ce jour de commémoration patriotique célébrée à Moscou, la France ne doit pas oublier cette fraternité d’armes, nouée en des cieux lointains, avec nos amis russes. Si nous ne pouvons que nous réjouir de la venue en France de Vladimir Poutine, le 6 juin prochain, à l’occasion des célébrations du 70ème anniversaire du Débarquement, il nous appartient aujourd’hui de donner davantage corps à cette amitié séculaire.

Paris se doit ainsi de renouer avec les fondamentaux de la diplomatie gaullienne, en faisant preuve de plus de discernement à l’égard de la Russie et de mesure à l’endroit de son dirigeant actuel. En défendant partout ses intérêts géostratégiques, Vladimir Poutine ne contribue-t-il pas au fond à l’émergence d’un monde multipolaire qui ne serait pas dominé par les prétentions hégémoniques des Etats-Unis et celles de son bras armé européen, l’OTAN ? Plutôt que d’accabler perpétuellement Vladimir Poutine, il est de l’intérêt de la France de lui apporter un soutien lucide lorsque les circonstances l’imposent, ce qui suppose de nous affranchir de notre alignement atlantiste actuel.