David Rachline Fréjus FN

Communiqué de David Rachline, maire de Fréjus, du 19/05/2015

Décidément, tout est bon à une certaine presse pour faire œuvre de propagande contre la nouvelle municipalité élue par les Fréjusiens. C’est au tour de deux journalistes de France 3 Côte d’Azur, Yves Lebaratoux et Nathalie Layani, d’y aller ce lundi de leur petit couplet, cette fois sur les subventions aux associations. On peut d’ores et déjà sortir les mouchoirs : à les lire, ce n’est pas Mozart qu’on assassine, mais pas loin.

Une nouvelle fois, des précisions s’imposent. J’ai en effet été amené, lors du Budget Primitif 2014, à réduire le montant des subventions à quelques associations, un nombre assez restreint d’ailleurs au regard du nombre d’associations subventionnées par la Ville. J’assume entièrement cette décision, prise pour deux raisons essentielles.

Tout d’abord, la situation calamiteuse des finances locales laissée par l’ancienne municipalité, qui prévoyait d’augmenter massivement les impôts des Fréjusiens pour pouvoir continuer à s’endetter et dépenser sans compter. J’ai pour ma part choisi, comme je m’y étais engagé, de désendetter la commune et de ne pas augmenter la pression fiscale.

Pour cela, et avant que nos mesures de dynamisation de l’activité économique et touristique de la commune portent leurs fruits, la seule solution était une réduction sensible des dépenses de fonctionnement. Avec plus de 5,2 M€ de subventions accordées, il était indispensable que les associations participent à l’effort collectif.

Par ailleurs, un certain nombre d’associations disposaient d’importantes réserves financières, notamment sur des livrets A. Si un fonds de roulement est évidemment nécessaire, la vocation d’associations à but non lucratif n’est pas d’effectuer des placements avec les impôts des Fréjusiens.

Certaines structures, généralement subventionnées par d’autres institutions, ont donc vu l’apport de la commune réduit. Mon équipe et moi-même rencontrerons dans les prochaines semaines leurs responsables pour faire un point détaillé de leur situation. Dans ce cadre, nous ferons une analyse précise de leurs actions et mettrons en place une réelle évaluation. De nombreuses activités concourent à l’intérêt général, et demeureront soutenues. D’autres n’ont en revanche pas forcément un fort impact local, ou sont parfois proposées par d’autres structures. La Ville n’a alors pas vocation à les soutenir.

Le point sera fait au cas par cas, et les ajustements nécessaires seront effectués. Ce dans le cadre d’un partenariat étroit et responsable que j’appelle de mes vœux, loin de toute considération politicienne. Dans ce domaine comme dans d’autres, mon objectif est que tous les Fréjusiens, dans tous les quartiers, bénéficient d’activités et de services de qualité, municipaux comme associatifs, mais avec un souci de gestion optimale des deniers publics.

Faire mieux avec moins est un défi qui s’impose à tous. Je ne doute pas que les associations auront, au même titre que l’ensemble de la municipalité, à cœur d’y parvenir. En tout état de cause, à travers ses subventions, mais aussi les mises à disposition de locaux ou de personnel ou l’accompagnement administratif, la ville de Fréjus demeurera, comme je m’y suis toujours engagé, un partenaire actif des associations oeuvrant pour l’intérêt général.

Page Facebook de David Rachline