Madonna 1

Communiqué de Karim Ouchikh, Conseiller de Marine Le Pen à la Culture, à la Francophonie et à la Liberté d’expression, Conseiller municipal de Gonesse, Président exécutif du SIEL du 04/06/2014

Cherchant sans doute à ‘’booster’’ une carrière qui se poursuit en demi-teinte, Madonna s’invite une nouvelle fois dans le débat politique français. La ‘‘star’’ américaine vient de se lâcher sur son compte Instagram en apprenant le score historique du FN aux européennes : « Russie, Ukraine, Venezuela….., et maintenant la France?!!!! #combattreleracisme#combattreladiscrimination#luttercontrelahaine #revolutionpourlamour ».

Bigre !

A la lecture de ce post emphatique, mon premier réflexe a été de m’insurger comme des millions de Français : de quel droit Madonna s’autorise-t-elle à donner à nos compatriotes des leçons de morale démocratique ? Puis je me suis souvenu que la  "star" américaine avait diffusé, voici deux ans, lors de sa tournée en France, un portrait de Marine Le Pen avec une croix gammée sur le visage pendant la chanson Nobody Knows Me. Le procédé était manifestement injurieux, tout comme est aujourd’hui outrancier ce post complaisamment repris par les médias : sans autrement porter atteinte cependant au crédit politique de Marine Le Pen

A y regarder de plus près, ces attaques lamentables se révèlent en effet toujours contreproductives pour leurs auteurs car elles laissent les Français de marbre. Multipliant dans l’intervalle les succès électoraux, Marine Le Pen n’est-elle pas parvenue à faire du FN le premier parti de France, en portant vaillamment les espoirs de millions de nos compatriotes ?

D’une certaine manière, il existe un rapport évident entre la réussite politique de Marine Le Pen et les piètres offensives politico-artistiques de vedettes du show-biz totalement aveugles aux souffrances éprouvées par les Français : plus ces artistes bardés de certitudes et de bonne conscience se répandent en insultes à l’égard de Marine Le Pen, plus l’audience du FN progresse dans les urnes. Ce divorce profond entre le peuple et ses oligarchies est un phénomène qui n’est pas près de s’estomper.

Au fond, je ne peux qu’encourager Madonna mais aussi ses émules français, – de Yannick Noah à Benjamin Biolay -, à persévérer dans leur pitoyable entreprise de diabolisation qui ne conduit en définitive qu’à alimenter durablement le succès du vote frontiste.

Madame, messieurs les artistes, Marine Le Pen et le FN vous disent bravo !