Masques

Les médias s’en font l’écho avec une  délectation maligne.  Le FN  n’a pas  réussi finalement à former de groupe au Parlement européen avec ses alliés -Néerlandais  du PVV, Belge du Vlaams Belang, Autrichiens du  FPÖ, Italiens de la Ligue du Nord- faute d’avoir pu réunir  avant ce 24 juin au moins deux députés de deux autres nationalités pour atteindre le quorum requis de sept pays. Pour autant,  si Marine  ne pourra  présider un groupe   pour la première session qui débute le 1er juillet, Florian Philippot a eu parfaitement  raison de préciser que celui-ci  peut toujours voir le jour « dans les cinq ans » car «il n’y a pas de date butoir » pour le constituer. En attendant les députés nationaux feront tout leur possible « pour peser », « pour faire des majorités afin de faire barrage aux transferts de souveraineté par exemple ».

Reste qu’avec ou sans groupe,  le FN fait peur et/ou dérange, suscite en tout cas une avalanche d’analyses plus ou moins tordues ou spécieuses.  Creusant la veine complotiste à relent paranoïaque,  Vincent Jauvert, dont le blog est hébergé sur le site du  Nouvel obs , a fait très fort le 31 mai dernier. Sous le titre « Vladimir Poutine, grand frère des fachos », ce dernier explique que les nationalises élus au Parlement européen  sont tous, peu ou prou,  des agents de Moscou  stipendiés par Poutine !

A l’appui de sa thèse,  il cite le député FN  Aymeric Chauprade : «Puisque les Américains ont réussi à contrôler les partis favorables à l’UE, il est logique que Moscou cherche à faire contrepoids avec nous».  « En se présentant comme le défenseur de l’identité chrétienne et des valeurs traditionnelles de l’Europe, il (Poutine, NDLR) nous a lancé un signal fort, estime Aymeric Chauprade. L’affaire du Mariage pour tous (a servi) de catalyseur à ce rapprochement ».

Autre preuve, croit-il savoir,  Marine Le Pen a été reçue plusieurs fois  au plus haut niveau à Moscou, alors qu’elle fut  largement boudée lors de son déplacement à Washington pendant la campagne présidentielle. Et  « en  mai 2013, une délégation de l’Alliance européenne des Mouvements nationaux conduite par Bruno Gollnisch et le fasciste (sic)  italien Valerio Cignetti, (fut)  l’hôte de la commission de la Douma, chargée… des droits de l’homme ».

« En échange de ces soutiens répétés, le Front National reçoit-il des subsides de Moscou ? Aymeric Chauprade assure que non ». « Au Parlement européen, tout ce beau monde votera, à l’évidence, dans le sens des intérêts russes et défendra la position de Moscou, assure le politologue Péter Krekó » cité par l’auteur de l’article. Il n’est pourtant pas difficile de comprendre que les députés frontistes défendrons tout simplement ce pour quoi  les électeurs ont voté  FN ! A savoir un  programme politique  de défense des souverainetés et des identités  nationales,  des valeurs familiales et morales, de refus du mondialisme qui, c’est vrai, peut  rejoindre des préoccupations ou des combats qui sont ceux de l’actuelle  majorité présidentielle en Russie.

Mais vis-à-vis du FN,  la présomption d’innocence n’existe pas et on lui prête toujours (souvent) de sombres arrière-pensées. Exemple parmi d’autres de cette tournure d’esprit,  le bloggeur « socialo-chevènementiste » Elie Arié, hébergé  sur le site de Marianne,   nourrit une  curieuse fixation  sur Bruno Gollnisch. Dans un article mis en ligne le 30 mai,   il a tenté d’apporter la preuve  du  supposé  antisémitisme du député frontiste  au motif  qu’il « préfère  parler de notre civilisation helléno-chrétienne  plutôt que  judéo-chrétienne », et qu’il revendique la liberté de recherche historique !

Dans la même veine délirante, Marianne se fait aussi l’écho des propos de la vice-présidente PS du Conseil régional d’Ile-de-France, Michèle Sabban. Celle qui avait hurlé au complot contre Dominique Strauss-Kahn, qu’elle défendit bec et ongles lors du scandale du Sofitel , crie  aujourd’hui pareillement à l’infamie au motif  que  ce journal a le culot de publier  une vérité la concernant.

En l’espèce elle   reproche   à Marianne  d’avoir révélé la semaine dernière  qu’elle « occupe, depuis dix ans, un logement social d’une surface de près de 70 m2 dans le XIIIe arrondissement de Paris contre un loyer mensuel de 1 218 euros. Le comble : c’est elle qui, aujourd’hui, transmet les dossiers des demandeurs de logements sociaux aux bailleurs franciliens car la Région possède un droit réservataire sur quelque 9 700 HLM ». Le journal  précise que cette  information a été publiée après vérification, « information connue et tue depuis des mois par une bonne partie de l’exécutif régional, tous bords confondus »

c’est beau la solidarité…

Or, Michèle Sabban, en dévouée citoyenne et gardienne du temple de la raison, ne défend pas uniquement sa petite personne assure-t-elle mais toute la classe politicienne. Certes, elle accuse Marianne  de s’immiscer  dans sa «vie personnelle »  par le biais  d’ « attaques infondées et injustes », mais en agissant ainsi alerte-elle «on  se retrouvera dans les urnes avec un Front National encore plus présent, encore plus puissant. »

Bruno Gollnisch  constate avec une certaine stupéfaction l’aveu de Mme Sabban, d’une  bêtise et naïveté confondante.  Demander publiquement aux médias de taire les  turpitudes des nantis du Système au motif que la publicité de celles-ci  favoriserait la prise de conscience des Français, une  révolte populaire portée par le Mouvement national, il fallait tout de même oser !  

Le 24/06/2014