Ferrand FN 2

Communiqué de Presse d’ Edouard Ferrand, Député Français au Parlement européen, Membre de la commission d’agriculture du 11/07/2014

Menace sur les campagnes de France ! Selon France Stratégie, cité par Le Figaro.fr« près de 10 % des postes de travail seront supprimés dans le secteur agricole dans l’Hexagone d’ici 2022. Il passera sous la barre des 800.000 emplois (…). L’agriculture est l’activité qui perdra le plus grand nombre d’emplois d’ici 2022 ». La France est ainsi passée du deuxième rang mondial des exportateurs de denrées agricoles à la cinquième position derrière les Pays-Bas, l’Allemagne et désormais le Brésil en une décennie. En 1950, notre pays comptait une population agricole active de 6,2 millions de personnes pour moins de 600 000 aujourd’hui. Le revenu moyen des agriculteurs a baissé de 23% en 2013.

Si le nombre d’exploitations en France a été divisé par 4 ces cinquante dernières années, leur taille moyenne a quasiment quadruplé, passant de 15 à 55 hectares. Les grandes exploitations s’agrandissent et marginalisent les autres. La captation de l’outil de production aux mains de quelques-uns freine l’installation des jeunes agriculteurs. Un agrandissement motivé par une course à la prime favorisée par la Politique agricole commune. L’Europe continue de favoriser les grandes exploitations à caractère commercial, qui bénéficient déjà d’économies d’échelle. Les aides agricoles européennes sont calculées en fonction de la surface des terres exploitées et ont essentiellement profité aux industries céréalières.

Alors que se profile la menace du Traité transatlantique, nous devons refuser que notre pays retourne à l’état de friches, voire son patrimoine agricole et rural se déliter sous les coups de boutoir du mondialisme absolu. Au-delà de la survie de nos paysans, il en va également de notre indépendance stratégique, de notre patrimoine, de notre cadre de vie et de notre pays.