Waquet

Communiqué de Presse de Jean-Yves Waquet, Conseiller Défense nationale et anciens combattants de Marine Le Pen du 16/07/2014

A peine votée par le Parlement, il y a moins d’un an, la Loi de programmation militaire (LPM) censée couvrir la période 2014-2019, est gravement menacée, alors qu’elle marquait déjà un recul important de nos moyens militaires en personnel et matériel… Après la mise en garde des Chefs d’Etat Majors des différentes Armées et celle du CEMA , malgré les assurances du Ministre de la Défense et celles du Président de la République qui affirment , qu’ « on ne touchera pas à la Loi de Programmation », on ne peut qu’être inquiet des très fortes menaces pesant sur notre outil de Défense..

En effet, le double langage continue : d’un côté on annonce des coups de rabots successifs, 650 Millions d’euros d’annulation de crédit fin 2013, 350 supprimés au titre de de la Loi de finances rectificative en Mai et récemment, à nouveau 500 millions dans le cadre de la programmation budgétaire triennale… D’un autre coté on nous explique que la LPM resterait sanctuarisée et que ces diminutions récurrentes de crédits budgétaires seraient compensées par presque autant de « ressources exceptionnelles » ! Or celles-ci sont, par nature, aléatoires. Pour 2015 en particulier ces ressources exceptionnelles, qui seraient basées sur la vente des fréquences 700 MHZ sont déjà considérées comme improbables, comme l’ont constaté eux-mêmes récemment les membres de la commission de la Défense Nationale. Autrement dit la manœuvre ressemble étrangement à un marché de dupes

Pendant ce temps nos forces armées, engagées sur plusieurs théâtres d’opérations, se débattent au milieu de difficultés de plus en plus grandes pour accomplir de leur mieux leurs missions, avec courage, abnégation et professionnalisme. Mais à force de tirer sur la corde on est au point de la rupture. Nos matériels sont à la limite de l’usure et leur maintenance est de plus en plus problématique compte tenu des réductions drastiques des crédits de maintien en condition opérationnelle. Mais le plus dramatique est l’incertitude sur la réalisation des programmes d’armement destinés à remplacer nos matériels vieillissant, compte tenu des reports successifs ou des annulations de crédits d’équipement.

Il faut arrêter cette dérive inacceptable. Les économies doivent maintenant être recherchées ailleurs, au lieu de ponctionner le déjà misérable budget de la Défense !

Désormais c’est l’existence même de notre outil militaire qui est en jeu car sa cohérence, maintenue tant bien que mal jusqu’à présent risque de s’effondrer. Pour le sauver, Il faut inverser la tendance et revenir à un effort de Défense suffisant, en remontant progressivement son taux à 2% du PIB, comme le demandait déjà Marine Le Pen en 2012. Car ce sont notre indépendance, notre souveraineté, et la sécurité de notre pays qui sont en jeu !