Justice balance (2)

L'auteur ou les auteurs de cet article ne sont en rien membres du Front National, du Rassemblement Bleu Marine ou d'un autre mouvement de cette famille de pensée politique -à ma connaissance- et ils ne partagent pas forcément les idées défendues ici.

Boulevard Voltaire

Par François Teutsch le 17/07/2014

Comparer Christiane Taubira à un singe est une imbécillité. C’est une atteinte à la dignité de la personne ; c’est politiquement contre-productif et accrédite l’idée que le racisme est une maladie endémique en France. De la part d’un candidat FN, c’est une faute grave. Certains, oubliant que Madame Taubira est guyanaise, donc française, s’en donneront à cœur joie pour amalgamer au racisme tout débat sur l’immigration, même si, dans son cas, cela n’a rien à voir.

Cette imbécillité a pourtant été commise par une jeune commerçante de Rethel (Ardennes), qui a cru malin de poster sur sa page Facebook personnelle un photomontage montrant le Garde des Sceaux en vis-à-vis d’un jeune primate échevelé, avant la campagne municipale. Immédiatement exclue du FN, elle a fait l’objet de poursuites à la requête d’une association guyanaise devant le tribunal correctionnel de… Cayenne ! Cité à ses côtés, le Front National a également été condamné.

Chacun sait qu’en France, l’état de droit implique la possibilité pour toute personne d’être défendue, quelles que soient les accusations portées contre elle. N’importe quel avocat vous dira que, s’il plaide pour un pédophile, il défend l’homme et non ses actes. Et il aura raison. C’est une des grandeurs de notre vieille civilisation de savoir distinguer l’homme de ses actes, dussent-ils lui valoir une peine sévère. Une idée purement chrétienne passée dans notre culture et notre droit.

Chacun sait aussi que les avocats français sont indéfectiblement attachés aux droits de la défense, et que le difficile combat qu’ils mènent à coup de grèves et de manifestations publiques se justifie par l’intérêt exclusif des justiciables

Pourtant, si l’on en croit le communiqué publié par le FN le 15 juillet, aucun avocat local n’a accepté de plaider pour lui ni pour Madame Leclère. Comme cette dernière a été exclue du parti, elle devait assurer seule sa défense. La prévenue, jeune mère de famille de 33 ans, qui tient à Rethel un commerce d’articles de pêche, n’a pas été représentée ni défendue. Sans doute sa situation financière ne lui permettait pas le voyage à Cayenne. Elle aurait pu, sur les conseils avisés de n’importe quel avocat de métropole, solliciter le Bâtonnier de Guyane et se faire commettre un avocat au titre de l’Aide Juridictionnelle. Cette fameuse AJ au nom de laquelle le barreau français, la main sur le cœur et la manche généreusement ouverte vers la veuve et l’orphelin, se mobilise sans trêve ni répit… Si elle a effectué cette démarche, pourquoi n’a-t-elle pas pu se faire représenter à l’audience ?

On mesure là les limites de l’engagement de la profession pour défendre toute personne, sans considération d’opinion politique… Certains prévenus sont moins défendables que d’autres, surtout au Tribunal de Cayenne. A moins que le procès eût été audiencé un jour de grève du barreau…

Anne-Sophie Leclère a été lourdement condamnée. On attend la réaction indignée des ténors du barreau français. Philippe Bilger, lui, a manifesté sa colère. C’est tout à son honneur.