Frontière Menton

C’est une information révélée par le Figaro qui risque de faire grand bruit : une réunion de crise s’est tenue à Nice suite à une note confidentielle de la Police aux Frontières (PAF), qui s’inquiète de l’entrée en France de très nombreux immigrés illégaux, notamment des Erythréens, qui passent par l’Italie.

Alerte maximale sur l’immigration clandestine en France

Dans une note confidentielle révélée par Le Figaro, la Police Aux Frontières (PAF) s’inquiète fortement de la pression de l’immigration clandestine, «devenue intenable à la frontière  entre  la France et l’Italie» rapporte le quotidien, qui précise que cette note interne est «un compte-rendu d’une réunion exceptionnelle» qui a eu lieu à Nice, le 9 juillet dernier, dans les locaux de la préfecture des Alpes-Maritimes.  L’objet de la réunion de crise était «le phénomène migratoire érythréen».

Selon le Figaro, le préfet en personne a tenu cette réunion, qui rassemblait une trentaine dehauts-gradés, «dont des chefs de service de Menton, Nice, Marseille, Toulon, Avignon, et jusqu'aux Alpes-de-Haute-Provence. Des responsables locaux de la gendarmerie, des douanes et de la SNCF étaient également conviés», précise le quotidien.

La note révèle des chiffres

Nos confrères du Figaro dévoilent le contenu de cette note interne : des chiffres qui se passent de commentaires.  «État statistique des migrants par voie maritime en Italie : entre le 1er janvier et le 30 juin 2014, 61.591 migrants irréguliers ont débarqué en Italie, ils n'étaient que 7913 pour la même période en 2013, et seulement 4301 pour les six premiers mois de l'année 2012. Les Érythréens représentent 31 % de ces migrants (18.282). Les Syriens arrivent en seconde position, avec 10.371 (17 %).» La suite du document concerne la situation en France : «ce sont les répercussions en France, et nous les vivons maintenant (…)  les migrants en provenance de la Corne de l'Afrique et du Soudan sont au nombre de 5757 au 30 juin 2014. Il s'agit principalement d'Érythréens (ou de personnes se déclarant érythréens), pour 5235 (d'entre eux), soit 91 % des personnes interpellées».

«Du jamais vu» depuis le printemps arabe

Le quotidien précise que ce compte-rendu est arrivé sur le bureau du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. «La pression migratoire sur la frontière avec l'Italie s'est accentuée à partir du début du mois d'avril 2014. 694 Érythréens étaient interpellés contre seulement 68 interpellations entre janvier et mars 2014. Les interpellations progressaient de + 165 % au mois de mai (1845) et encore de 43 % au mois de juin (2628). Au total, pour le premier semestre, 2014, la PAF procédait à 5235 interpellations» développe le document, qui précise les méthodes des immigrés clandestins pour venir en France: «les clandestins arrivent principalement par TGV, avec des billets en règle, par dizaines désormais dans certaines rames de train (…) pour le seul site de la gare de Menton, 3462 interpellations ont été effectuées par la PAF depuis le début de l'année».

Des pouvoirs publics qui ne peuvent pas faire face

La note précise que des remises immédiates en Italie ont été faite pour certains clandestins, mais certains clandestins «ont été laissés libres après procédure». D’autres encore, ont une obligation « libre » de quitter le territoire, à savoir : le quitter par leur propre moyen. Certains immigrés illégaux demandent également le statut de réfugié. «Une demande d’asile est alors instruite, avec logement en centre d’accueil pour demandeur d’asile», précise le document.

Le 05/08/2014

Valeurs Actuelles