Police PAF autoroute

Le rituel est bien rodé, le site du Monde mettait en ligne il y a quelques jours son traditionnel article tendant à démonter que les Français ne voyaient pas ce qu’ils voyaient, ne subissaient pas ce qu’ils subissaient, ne payaient pas ce qu’ils payaient, bref que notre pays vivait avec des « idées reçues sur l’immigration ». A l’aide d’analyses tronquées, d’affirmations péremptoires ou bancales, de jugements partiaux…et d’idées reçues, le journaliste du « quotidien de référence » Samuel Laurent affirme donc que la pression migratoire en France est peu ou prou la même depuis des décennies. Comprendre par là que  l’immigration de peuplement n’est qu’un mauvais fantasme de souschiens abrutis, frileux et animés de mauvaises pulsions comme l’affirment  en général les hérauts des officines immigrationnistes et de la lutte antiraciste subventionnées.  

Une  étude est citée par l’article du Monde, celle de « l’économiste Xavier Chojnicki » chargé en 2010 «par le gouvernement d’une étude sur le coût de l’immigration, qui fait désormais autorité » (sic). Ainsi  ladite immigration rapporterait un peu plus de trois milliards par an à la France,  «l’étude (estimant) ainsi à 68,4 milliards d’euros les prestations versées aux immigrés et à 72,026 milliards leurs cotisations».

Or comme le note le site Polemia, M. Chojnicki « n’est pas bien sérieux », «toutes les autres études concluent au contraire à un surcoût budgétaire dû à l’immigration: de 17 milliards dans la dernière étude Jean-Paul Gourévitch (2012); de 42 milliards chez Pierre Milloz (1997) dont l’étude ancienne continue de faire référence par sa rigueur méthodologique, de 73 milliards chez Yves-Marie Laulan (2012). Jean-Yves Le Gallou a, lui, évalué à 18 milliards le seul coût d’entrée et d’accueil des 200.000 immigrés supplémentaires annuels (coût en infrastructure notamment) ».

« Ces écarts de chiffres peuvent légitimement surprendre mais ils s’expliquent de trois façons : d’abord, par l’omerta statistique qui rend l’accès aux données difficile et qui implique de poser des hypothèses; ensuite, par les définitions retenues pour les populations étudiées; enfin, par le périmètre des dépenses et des recettes analysé ».

Polemia  a   présenté sur son  site le 25 juillet  un nouveau rapport, celui « d’André Posokhow, auditeur, consultant, diplômé d’expertise comptable qui chiffre lui à 84 milliards le coût de l’immigration, «l’équivalent du déficit public » ! .

Au  sujet de la déferlante migratoire,  Le Figaro de son côté faisait état d’un « document confidentiel » « de la direction zonale sud de la Police aux frontières (PAF) », « compte rendu d’une réunion exceptionnelle» qui s’est tenue, le 9 juillet dernier, à la préfecture des Alpes-Maritimes, provoquée», par le phénomène migratoire érythréen».

« La pression migratoire sur la frontière avec l’Italie s’est accentuée à partir du début du mois d’avril 2014. 694 Érythréens étaient interpellés contre seulement 68 interpellations entre janvier et mars 2014. Les interpellations progressaient de + 165 % au mois de mai (1845) et encore de 43 % au mois de juin (2628). Au total, pour le premier semestre, 2014, la PAF procédait à 5235 interpellations. Du jamais-vu depuis les vagues du printemps arabe de 2010 ».

Or, « Sur les 5235 interpellés, 57 ont également été réadmis en Italie (au titre d’une procédure spéciale) et seulement 4 placés en centre de rétention administrative, ces structures censées faciliter le retour au pays. Au final, ceux qui restent s’ajoutent à ceux qui souvent reviennent, résume un fonctionnaire de la PAF. Car les procédures Schengen sont à ce point complexes que l’Italie et la France semblent en partie désarmées ».

Le site communautaire Saphir news citait aujourd’hui le quotidien allemand  Der Spiegel, qui  fait état de l’inquiétude des autorités de la Sarre devant l’afflux d’immigrés clandestins originaires de la corne de l’Afrique en provenance de France via  la ligne de TGV entre Paris et Francfort. « La chancelière (Angela Merkel)  évoquera le dossier avec les autorités françaises ».

« A Calais, d’où des migrants tentent de rejoindre le Royaume-Uni, des affrontements opposent des Erythréens à des Soudanais depuis le début du mois, conséquence de la guerre des territoires  que se livrent les migrants, toujours plus nombreux selon les associations de soutien calaisiennes ».

Dans ces conditions, et face à l’exaspération grandissante de nos compatriotes, il  n’est pas étonnant que les cadors de l’UMP montent au créneau en multipliant les mâles déclarations comme l’ont fait notamment, nous nous en faisions l’écho, un Eric Ciotti et même un Hervé Mariton.

Le 13/08/2014

Bruno Gollnisch