UE Séisme

Communiqué de Presse de Jean-Richard Sulzer, Conseiller de Marine Le Pen pour les finances publiques du 27/08/2014

Le nouveau Gouvernement, après avoir annoncé un déficit budgétaire supérieur à 4% du P.I.B. en 2014, vient de le réestimer à 4,3 %.

Le Président de la Commission des Finances estime, quant à lui, que ce déficit pourrait monter jusqu’à 4,4 % du P.I.B., soit une dégradation par rapport à 2013 où il était de 4,3 %.

Cette perspective désastreuse rend impossible l’objectif de la réduction à 3 % en 2015.

Mais surtout ce maintien des déficits publics à 4,3 % – 4,4 % du P.I.B. n’a pu être laborieusement stabilisé que par une augmentation continue des prélèvements fiscaux et sociaux.

Ces résultats calamiteux exposent, désormais, le Gouvernement à une crise financière majeure. En effet, la dette publique ne pourrait se résorber, dans l’avenir, que par une croissance économique de 2,5 % par an au moins, alors que notre économie est en quasi-stagnation.

La moindre hausse des taux d’intérêt accélérerait la boule de neige de la dette : voilà où nous a menés le logiciel « buggé » de l’euromondialisme.