Perny Christophe CG 39

Rhône-Alpes ou Bourgogne ? A l’invitation du conseil général, les Jurassiens seront invités à se prononcer, à partir d’aujourd’hui, sur la réforme de la carte territoriale.

Manuel Valls l’a confirmé à La Rochelle, l’avenir des conseils généraux se réglera à la carte. Ce qui a rassuré les édiles intéressés. Il n’en reste pas moins que l’autre réforme territoriale, celle portant sur la fusion des régions, demeure d’actualité, sinon prioritaire. Et qu’en Franche-Comté, elle continue d’alimenter les tensions.

Ainsi, dans le JuraChristophe Perny accueillera, jeudi 25 septembre, la présidente du conseil régional, Marie-Guite Dufay, dans le cadre des visites que cette dernière a décidé d’effectuer dans les quatre départements. Entre la pression qu’il maintient pour assurer le succès de ses projets en cours afin de créer « mille emplois en cinq ans pour les Jurassiens » (aéroport de Dole-Tavaux, Ecoparc et Center Parcs) et sa volonté de réussir le troisième « acte » du festival de spectacles et de musiques de rues « Les Déboussolades », le week-end prochain à Lons-le-Saunier, le chef de l’exécutif lance donc la « consultation populaire » promise sur la fameuse réforme. « Je ne veux pas que l’opinion des élus, je souhaite recueillir celle de tous les citoyens, des forces vives, des associations », insiste-t-il. Encore fâché d’avoir été mis devant le fait accompli au printemps par Marie-Guite Dufay et son collègue de Bourgogne, François Patriat, et par la « méthode dure » employée.

Sous le titre « Votre avis, c’est maintenant ! », un numéro spécial de « Jura Mag » sera diffusé dès mardi.

Quatre réunions publiques programmées

L’éditorial de Christophe Perny donne le ton. « Le président de la République l’a voulue, le gouvernement l’a imposée, les parlementaires la votent, la réforme territoriale est lancée, à marche forcée, sans préparation ni concertation, mais elle est en marche », écrit-il.

Le président du conseil général du Jura a sa conviction propre, ce qui ne l’empêche pas de vouloir être le « porte-parole » de la population dans les futurs débats. D’autant qu’une étape ultérieure de la réforme, sauf surprise, sera l’instauration du « droit d’option », la procédure permettant sous conditions à un département de changer de région de rattachement.

Quatre réunions publiques seront organisées à Saint-Amour, Dole, Saint-Claude et Lons-le-Saunier, des consultations d’instances représentatives auront lieu et chacun pourra voter « gratuitement », grâce à un bulletin T pré-affranchi inclus dans « Jura Mag ».

Les questions posées sont simples. « La fusion des régions vous semble-t-elle être une priorité ? » et « Si oui, la place du Jura est-elle en Bourgogne/Franche-Comté ou en Rhône-Alpes ? » En recevant Marie-Guite Dufay à Lons, « j’aurai toutes les informations nécessaires, le pouls et la température de l’opinion, pour que cela soit un moment constructif », prévient Christophe Perny. Ce que le président n’ajoute pas, mais qui va de soi, c’est qu’il sera aussi mieux armé pour affronter les échéances électorales suivantes. Qu’il s’agisse des cantonales pour conserver à gauche son département ou des régionales, un scrutin auquel, plus que jamais, il a envie de participer « et pas pour y faire de la figuration ».

Par Jean-Pierre Tenoux le 01/09/2014

Le Progrès