Engelmann maire FN Hayange 1

Le maire FN d'Hayange, en Moselle, est accusé par son ex-première adjointe d'irrégularité dans ses comptes de campagne.

«Une affaire de Clochemerle». Voilà comment Marine Le Pen qualifie l'affaire qui oppose le nouveau maire FN d'Hayange à son ancienne première-adjointe qui l'accuse de comptes frauduleux pendant sa campagne. Invitée de France Info, la présidente du Front National minimise cette histoire et assure qu'elle a «tendance à croire le maire.» Marine Le Pen préfère y voir un «un désaccord entre la première adjointe et le maire». «Si la première adjointe a des éléments, qu'elle les montre, qu'elle les donne à la justice, c'est aussi simple que cela dans une République bien tenue», indique l'eurodéputée.

De son côté, Fabien Engelmann, maire de la commune, récuse toute irrégularité. «C'est de la pure diffamation. Nous sommes innocents. Ces factures n'existent pas, c'est du bidon. Sinon, qu'elle les sorte!», a-t-il déclaré à l'AFPEn cause? Des factures réglées personnellement par son ex-colistière, d'environ 3.000 euros, et qui n'auraient pas été incluses dans le compte de campagne. Des extraits d'un reportage de Canal + diffusé lundi montraient Fabien Engelmann se faisant réclamer le remboursement d'une somme d'argent sur le perron de sa mairie par un homme se présentant comme l'époux de l'ex-première adjointe, numéro 2 de la liste FN lors des municipales, et à qui le maire a retiré ses délégations la semaine dernière, pour «incompatibilité de raisonnement».

«Les médias vont dans les municipalités Front national comme au zoo»

«Le maire conteste formellement cette situation, j'ai tendance à croire le maire, oui», a de son côté fait savoir Marine Le Pen. Elle souhaite se tenir à distance de la gestion des communes gérées par le Front National. «Je soutiens tous les maires mais je n'interfère pas dans leur administration, dans la gestion de leur ville. Je ne les conseille pas, ils n'ont pas besoin de mes conseils, encore une fois les instructions ne viennent pas de Paris

Au passage, en elle profite pour dénoncer le traitement médiatique de ces communes. «J'ai remarqué que les médias vont dans les municipalités Front National comme au zoo», regrette-t-elle. «On va, on regarde les habitants pour voir qui a bien pu voter Front national !»

Par Ivan Valerio le 02/09/2014