laicite

Communiqué de presse de Bertrand Dutheil de La Rochère, Conseiller République et laïcité de Marine Le Pen du 02/09/2014

Depuis quelques jours, circulent sur les réseaux sociaux des discussions au sujet de l’islam en France qui impliquent les positions du Rassemblement Bleu Marine. Dans la République, la loi est par nature contingente. Son étendue et son contenu sont décidés en fonction de l’utilité commune, variable selon les moments, par les citoyens, soit directement, soit par les représentants qu’ils ont élus. Par définition, les citoyens ne peuvent accepter d’étendre l’espace public jusqu’à définitivement annihiler leur sphère privée. Les libertés individuelles ne sont restreintes que sous la contrainte de la nécessité. Leur totale disparition signifierait la fin de la République. La liberté religieuse est donc de plein droit tant qu’elle ne contredit par la loi républicaine et qu’elle ne nuit pas à autrui. À chaque religion de se conformer dans ces conditions à la laïcité. Toutefois, nul ne peut oublier que, pendant des siècles, le génie de la nation française s’est exprimé à travers le catholicisme, notamment dans sa lecture gallicane et janséniste.

Aux musulmans de France d’y adapter leur pratique religieuse en acceptant que, dans l’espace public, la loi contingente de la République se situe au-dessus de la loi de Dieu, même s’ils pensent que cette dernière est de nature transcendante. Déjà, sous la monarchie, avec le gallicanisme, la souveraineté nationale l’emportait sur tout internationalisme confessionnel. Il en résulte que le financement de tout culte doit dépendre des seuls croyants. Il ne peut provenir ni de l’argent public ni de subventions accordées de l’étranger. Enfin, combattre la laïcité, c’est mettre à mal le contrat social et s’en prendre aux citoyens qui ont d’autres conceptions métaphysiques. La République doit se défendre contre tout risque de subversion. En revanche, dans la sphère privée, chacun est libre de ses pratiques. Mais le fait qu’il n’existe pas de clergé dans le sunnisme risque d’inciter les fidèles à se blottir dans le communautarisme pour ne pas se retrouver isolés dans l’incertitude et face à leurs responsabilités, surtout quand des crimes sont commis au nom de leur foi. Le rôle des politiques n’est pas de favoriser de tels replis communautaires, mais au contraire de tout mettre en œuvre pour qu’ils soient surmontés.

Avec Marine Le Pen, le Rassemblement Bleu Marine veut assimiler tous les Français dans un même peuple au-delà de leur religion et de leurs origines. Pour que cette assimilation puisse se faire, il faut commencer par arrêter immédiatement toute immigration, clandestine bien évidemment, mais aussi légale. Avec le chômage de masse que connaît le pays, la France ne peut donner aux nouveaux venus les bases de leur dignité. Il faut aussi combattre le dénigrement de la nation par ses élites. Tous les Français doivent être fiers d’être français, fiers de l’histoire de France. L’appropriation par chacun du roman national est une condition de la citoyenneté. Il faut enfin que l’École redevienne un lieu de transmission des savoirs.