Sophie Montel 1

Question posée par Sophie Montel, députée FN au Parlement européen le 26/08/2014
Depuis que le peuple suisse s’est prononcé majoritairement et démocratiquement en faveur de l’initiative populaire « Contre l’immigration de masse » en février dernier, l’UE a décidé de prendre des mesures pour sanctionner la Suisse.
 
Ainsi, la Suisse a été exclue du programme ERASMUS +. Une mesure qui ne fait d’ailleurs que pénaliser nos étudiants français et européens.
 
La France étant voisine de la Suisse, des échanges économiques, culturels, universitaires et scientifiques très forts ont toujours eu lieu entre nos deux pays. D’ailleurs, le nombre de frontaliers français travaillant en Suisse ne cesse de croître alors même que la situation de l’emploi en France se dégrade mois après mois.
 
De nombreuses Régions françaises entretiennent, à travers les programmes INTERREG, des relations étroites avec la Confédération helvétique et les cantons suisses et des sommes très importantes ont donc déjà été investies pour développer des projets communs (avec la Franche-Comté par exemple).
 
Compte-tenu des mesures de rétorsion prises par l’UE envers la Suisse, après ERASMUS +, la Commission peut-elle m’apporter des informations concrètes sur l’avenir d’INTERREG ? Les Régions françaises doivent-elles s’attendre à un ralentissement du financement des projets INTERREG avec la Suisse, voire même à leur disparition ?