parlement UE 2

Intervention de Marie-Christine Arnautu au Parlement européen, Député français au Parlement européen, Vice-présidente du Front National en charge des affaires sociales du 18/09/2014

Depuis quelques mois, suite à l’émotion provoquée par la prise de la plaine de Ninive par le prétendu État islamique, les États-Unis, suivis par leurs valets européens, feignent de s’inquiéter du sort des minorités en Irak, et particulièrement de celui des chrétiens. Ces évènements tragiques sont pourtant la conséquence directe de l’invasion américaine de l’Irak en 2003 et du chaos dans lequel ce pays est tombé depuis.

Les États-Unis prétendent désormais lutter contre le groupe terroriste de l’État islamique mais continuent de soutenir, directement ou indirectement, d’autres milices islamistes en Syrie, qui sont pourtant tout autant fondamentalistes et terroristes, sous prétexte qu’elles s’opposent au gouvernement syrien. Cette politique schizophrène ne tient aucun compte des réalités du terrain et notamment du fait que, début septembre, l’Armée syrienne libre a conclu une alliance avec le prétendu État islamique.

La meilleure preuve de la duplicité des États-Unis est sa bienveillance envers la Turquie, pourtant membre de l’OTAN, et qui ne se cache pas de soutenir ce prétendu État islamique.

Vous trouverez ci-après mon intervention d’une minute sur le sujet au titre des explications de vote:

http://youtu.be/F5eJtNPPoC8

« Monsieur le président, chers collègues,

Je me réjouis que nous nous intéressions enfin au sort des minorités, et en particulier des chrétiens, au Proche-Orient. Mais je déplore que cet intérêt soit si tardif, alors que la situation n’a fait que s’aggraver depuis l’invasion américaine de l’Irak en 2003.

Vous n’évoquez que le prétendu État islamique. Les milices islamistes présentes en Irak et en Syrie sont pourtant toutes aussi violentes et haineuses les unes que les autres. Comment peut-on prétendre combattre Daesh, tout en soutenant la branche d’Al Qaïda en Syrie, le Front Al-Nostra?

Il est totalement incohérent de la part des pays membres de l’OTAN de tolérer que la Turquie continue d’armer, d’entraîner, de financer le prétendu État islamique, d’acheter le pétrole qu’il extrait et d’accepter que des quêtes et recrutement soient organisés en pleine rue.

Au-delà des gesticulations habituelles, il serait temps que les pays européens prennent des positions claires pour lutter contre toutes les milices islamistes, en coopération avec les gouvernements syrien et irakien. »


Front National