Police contrôle routier

De passage à Chalon pour les élections professionnelles, le secrétaire général d‘Alliance dénonce « le mal-être des fonctionnaires de police » et appelle à la mobilisation le 13 novembre.

La situation des fonctionnaires de police de Saône-et-Loire est dans la moyenne nationale », en convient Frédéric Paillard, secrétaire zonale Bourgogne-Franche-Comté du syndicat Alliance. Le syndicaliste accueillait hier le secrétaire général, Jean-Claude Delage de passage à Chalon pour les élections professionnelles mais aussi pour dénoncer « le malaise de la profession ».

« Nous avions manifesté l’an dernier 4 000 à 5 000 à Paris, je crains que nous soyons plus nombreux cette année tant la situation s’est dégradée », estime-t-il. « Nous avions pourtant fait 110 propositions au ministère de l’Intérieur dont certaines pourraient être mises en place sans pour autant débloquer des millions ». Jean-Claude Delage cite en exemple, les 1,3 million d’euros dégagés pour le port du matricule. « Cet argent aurait pu servir à payer les heures de nuit, les gilets statiques que les policiers sont obligés de payer eux-mêmes ou encore pour réparer les véhicules qui ne sont changés que tous les 250 000 km aujourd’hui ». Si on ne déplore pas encore de suicide en Saône-et-Loire, les syndicalistes dénoncent « les investissements effectués pour humaniser les cellules de garde à vue alors que des commissariats tels que celui de Montceau tombent en ruine ».

Selon Alliance, « on se préoccupe davantage du bien-être des délinquants que de celui des policiers ». Parmi les priorités : « la réforme du texte sur la légitime défense ».

Par Catherine Zahra le 25/09/2014

Le JSL