Sénat 2

Le Sénat est renouvelé par moitié tous les trois ans et des élections sénatoriales avaient lieu hier impliquant les 158159 « grands électeurs » invités à élire 178 des 348 sénateurs. La « droite » , minoritaire depuis 2011, a repris la chambre haute avec 188 élus (155 pour la gauche), mais ce n’est pas pour autant un raz-de-marée s’est consolé le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis. « Il n’y a pas d’effet Sarkozy d’un certain point de vue dans cette élection, la gauche résiste ». « Nous perdons une vingtaine de sièges, on en gagne six. (…) On nous annonçait une Bérézina, elle n’est pas là » a-t-il affirmé à la presse. Le très falot président sortant du Sénat, Jean-Pierre Bel, a lui réservé ses (sombres et emphatiques) déclarations, au caractère historique de ce scrutin, en l’espèce l’arrivée au sein de cette vénérable institution des maires frontistes Stéphane Ravier (Bouches-du-Rhône) et David Rachline (Var)… A contrario Marine Le Pen était tout sourire hier soir sur BFM TV pour se féliciter d’une « dynamique (frontiste qui) s’accélère d’élections en élections ». « Plus une seule Assemblée en France n’est interdite au FN ». « Nous sommes capables de rassembler, nous avons donc un grand potentiel », s’est elle félicitée.

Tout un symbole, l’édile FN de Fréjus David Rachline (né en 1987) devient le plus jeune sénateur de l’histoire de la Vème République, au moment même ou Marion Maréchal-Le Pen est elle même la benjamine de l‘Assemblée nationale.

Malgré les tentatives d’intimidation d’un Hubert Falco avant l’élection, le disque rayé d’un Jean-Claude Gaudin entonnant le sempiternel même vieil air de pipeau sur « la gauche qui aide le FN » (sic), le succès a été au rendez-vous. Le sénateur, lui aussi réélu, Jean-Pierre Raffarin, déclarait ce matin au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC que cette progression du FN était « marginale« , mais il est bien un de rares à se donner le ridicule de l’affirmer…

Sur le site de Libération, le politologue Joël Gomblin estime que l’’élection à la chambre haute du maire du 7e arrondissement de Marseille,  notre camarade Stéphane Ravier, « n’est pas vraiment surprenante » du fait de la présence de nombreux grands électeurs frontistes, « il lui en manquait une centaine environ pour se qualifier », et d’une  » barre plus basse car il y a huit sénateurs à élire dans le département ».

Mais « dans le Var, c’est un peu différent : d’abord il n’y a que quatre postes, et là, David Rachline a presque doublé le nombre de grands électeurs sur qui il pouvait compter pour obtenir sa place (…). On voit qu’au-delà des élus qui avaient l’étiquette FN, d’autres, sans avoir cette appartenance politique, ont déplacé leur sympathie vers ce parti (…) ».

« Depuis 2011, on l’a vu lors de précédentes élections, il y a une dynamique à l’œuvre, c’est aussi ce qu’on voit ici. Même s’il faut tenir compte des spécificités de ce scrutin, dont il ne faut pas tirer les mêmes leçons que des élections au suffrage universel. Mais cela dit quand même quelque chose sur le rapport à la politique : même des élus de proximité comme les maires, ou les conseillers municipaux n’hésitent pas à manifester le rejet des offres politiques dominantes, des grands partis et de leurs alliés. Y compris dans un scrutin contrôlé comme celui-ci ».

Cette émancipation  des Français par rapport aux mots d’ordre, aux oukases des partis du Systéme, se confirme donc auprès des « grands électeurs » (GE), qui sont à 95% des conseilleurs municipaux, dans tous les départements concernés dimanche par le renouvellement du Sénat. « Nos voix ont été multipliées par trois, jusqu’à par dix » par rapport au nombre initial de grands électeurs FN, a ainsi souligné Marine Le Pen. A titre d’exemple, dans les Vosges le Front National (9 GE) recueille 32 voix, , en Haute-Garonne (3 GE) 74 voix, dans la Somme (une « dizaine » de GE) 88 voix, en Seine-Maritime (52 GE) 161 voix, dans le Rhône (55 GE) 163 voix, dans l’Aisne (43 GE) 167 voix, dans le Gard (80 GE) 179 voix

Un scrutin qui confirme à son tour la poursuite de l’enracinement, du maillage territorial de l’opposition nationale. Responsable au niveau national de cette campagne des sénatoriales, Michel Guiniot souligne que le FN a engrangé hier 4000 voix , multipliant pratiquement par quatre son score de 2004 et 2008.

Dans ce contexte de fort dynamisme des idées nationales, c’est la déjà très timide et insuffisante politique familiale de la France, même si elle est louée par le peu exigeante OCDE dans ce domaine, à laquelle la gauche veut aujourd’hui s’attaquer. Les molles dénégations du ministre Marisol Touraine ne sont pas de nature à rassurer.

Les dernières statistiques de l‘INSEE indiquait pourtant (malgré le « soutien » d’une immigration extra-européenne qui ne se dément pas), une baisse de 11 000 naissances sur le territoire national et un taux de fécondité inférieur à 2. Politique familiale que le FN, dans une logique de priorité-préférence nationale, souhaiterait considérablement renforcer, dynamiser et sanctuariser car elle est indispensable à la France si elle se veut un avenir libre affirme Bruno Gollnisch .

Or comme s’en est émue la vice-présidente du FN en charge des affaires sociales, Marie Christine -Arnautu, « sous la pression de Bruxelles qui lui demande toujours plus d’austérité, le gouvernement Valls envisage de s’attaquer une nouvelle fois aux familles, mais cette fois par le biais des prestations sociales (…).Il prévoirait de réduire le congé parental de 36 à 18 mois pour les mères… tout en l’augmentant de 6 à 18 mois pour les pères. Officiellement, cela engendrerait des économies au motif que les pères utilisent moins le congé parental que les mères… »

Dans la même optique (officiellement) d’économie la prime de naissance serait divisée par deux dès le deuxième enfant – la prime de naissance pour le premier enfant est de 923 €. Et ce, pour tenter également pour tenter de réduire le déficit de la sécurité sociale, proche de douze milliards d’euros que ce gouvernement avait promis de réduire à dix. Soulignons encore qu’il s’agit de savoir que contrairement à ce qui est assené, la branche consacrée à la politique familiale n’est pas dans le rouge de trois milliards d’euros mais excédentaire de six milliards d’euros…

Le 29/09/2014

Bruno Gollnisch