Marion fd bleu

Communiqué de Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse du 01/10/2014

Mme Marion Maréchal-Le Pen appelle l’attention de Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur la réforme de l’allocation de congé parental.

Pour résorber le déficit de la Sécurité sociale, le Gouvernement prévoit un rabotage de 700 millions d’euros sur la branche famille lors de la prochaine loi de financement de la Sécurité sociale, sans compter la division par trois de la prime de naissance au second enfant, la baisse pour nombre de familles du complément de garde aux ménages.

L’égalitarisme imposé aux parents par l’actuel ministre de l’Education nationale et sa loi sur l’égalité femme-homme, avait lancé la répartition du congé parental en redistribuant 6 mois sans rétrocession pour le père sur l’enveloppe de trois ans, jusqu’alors attribuée indifféremment aux deux parents. Cette contrainte occultait que le congé parental, concernant 540 000 bénéficiaires, est consommé à 97% par les mères. L’option de réduire à 18 mois le congé de la femme, au nom d’un équilibre parfait entre la mère et le père, est un raisonnement insidieux dont les conséquences sur le budget des familles, notamment les plus modestes, sont alarmantes. Ce sont majoritairement les employées et les ouvrières qui utilisent le congé parental pour modérer les dépenses relatives à la garde de l’enfant et au transport. Le partage n’est économiquement pas viable car l’homme touche une meilleure rémunération que la femme dans plus de 50% des foyers. Dans la grande majorité des cas, au terme des 18 mois, les parents seront contraints de faire appel à une assistante maternelle ou de mettre l’enfant en crèche : ces deux solutions augmentent les dépenses de l’Etat, l’enfant gardé en crèche coûtant environ 1 200 euros par mois à l’Etat contre 390 euros lors d’un congé parental. En outre, il manque 350 000 places de crèches : face à cette inquiétante pénurie de garde, nombre de mères sans solution seront obligées de quitter leur emploi.

C’est pourquoi, elle souhaite que le ministère des affaires sociales s’engage à ne pas modifier le système du congé parental au risque de se rendre coupable d’une régression sociétale touchant au droit de la famille ainsi qu’à la liberté pour la femme d’accomplir son statut de mère. Globalement, elle demande au Gouvernement de ne pas assainir les dépenses publiques en fonction d’une idéologie partisane qui agit au détriment des familles françaises et du dynamisme démographique de notre pays. Pour cela, elle propose l’instauration de la priorité nationale, levier indispensable au soutien et à la sécurité des familles françaises en période de crise.

Front National