Femmes djihadistes

Arin Mirkan, une jeune femme de 20 ans, officier de l'YPJ, un bataillon entièrement féminin des peshmergas, est devenue une héroïne de la bataille pour la défense de Kobané. Engagée en première ligne et soudain encerclée par des combattants djihadistes, cette mère de deux enfants a préféré dégoupiller la dernière grenade qui lui restait et se faire sauter avec ceux qui s'apprêtaient à la capturer. Selon leur croyance, elle les a empêchés ainsi d'accéder au paradis... puisqu'ils ont été tués par une femme.

Arin Mirkan savait de toute façon que sa mort était programmée. Comme celle de ces trois jeunes femmes capturées par les djihadistes la semaine dernière et dont, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, les têtes ont été retrouvées à côté de leur cadavre, au milieu des corps de dix autres compagnons d'infortune.

Depuis la proclamation de l'État islamique, les actes de brutalité, les viols, les exécutions de masse visant particulièrement les femmes et les enfants se sont multipliés, en Irak comme en Syrie. Une enquête du Haut-Commissariat aux droits de l'homme des Nations unies, rendue publique le 2 octobre, en fait un compte rendu terrifiant. Ce document de 26 pages recense 2 500 civils, pour la plupart des femmes et des enfants, faits prisonniers pour le seul mois d'août dans les régions de Sinjar, Tal Afar et Shirkhan. Une fois regroupées, les femmes ont été systématiquement violées par les djihadistes. Puis sommées de se convertir, la plupart étant chiites, chrétiennes ou yazidies. Celles qui refusaient étaient soit exécutées sur place, soit conduites sur les marchés de Mossoul ou de Raqqa. Avec autour du cou une étiquette mentionnant le prix auquel elles étaient mises en vente. Et comme dans une foire au bétail, les acheteurs marchandaient le prix de leur esclave.

"Repos du combattant"

Celles qui acceptaient de se convertir pour échapper à ce sort ont été données comme épouses à de jeunes combattants de l'organisation État islamique. Précision : selon la "loi" islamique, leur conversion annulait leur précédent mariage et elles étaient donc "libres" de prendre un nouveau mari.

C'est le sort qui attendait Assia, la jeune apprentie djihadiste de 15 ans originaire de Villefontaine dans l'Isère que ses parents ont réussi le week-end dernier à rattraper avant qu'elle ne s'embarque pour la Turquie. Car toutes celles qui ont réussi à revenir du pays du djihad le racontent : dès leur arrivée, qu'elles soient ou non mineures, ceux qui les prennent en main leur expliquent qu'elles doivent épouser un soldat. C'est leur façon d'aider "la cause". Elles qui étaient parties avec l'idée qu'elles allaient faire de l'humanitaire et soigner les blessés se retrouvent dans une situation qu'elles n'imaginaient sans doute pas. Ou, en tout cas, pas de cette façon. Réduites au rôle de "repos du combattant". Au fond, le djihad est par certains de ses aspects un véritable réseau de prostitution.

Par Michel Colomès le 07/10/2014

Le Point