Vote dépouillement

Le Parti socialiste va créer une « cellule de lutte » pour «outiller les militants» face à la progression du FN, d'après Libération.

C'est la dernière trouvaille de la rue de Solférino pour tenter d'enrayer la progression du Front National. Le Parti socialiste va créer une «cellule de lutte» pour contrer l'ascension de Marine Le Pen dans les sondages, d'après Libération. La proposition vient de jeunes responsables socialistes, selon le quotidien, qui pousseraient la direction du parti à faire de la lutte contre l'extrême-droite la colonne vertébrale du projet socialiste.

Jean-Christophe Cambadélis a donné son approbation à la création d'une cellule de riposte. Le projet est emmené par trois militants issus de la «génération 21 avril», particulièrement impliqués dans la lutte contre le FN : Sarah Proust, secrétaire nationale du PS et auteur de Le Front national: le hussard brun contre la République, Yann Galut, député PS, et Elsa di Méo opposante socialiste au maire de Fréjus David Rachline.

Selon cette dernière, il s'agit d'une «boite à outils», «très opérationnelle», censée lutter concrêtement et pratiquement contre le FN. Trois objectifs sont mis en avant par Libération.

» Comprendre le vote FN. Le premier objectif de cette cellule serait de comprendre les ressorts des victoires électorales du FN. Elle propose de mettre en place un «comité d'experts» composé d'universitaires, de sociologues, et de sondeurs.

» Combattre les propositions du FN. Deuxième objectif détaillé par Libération: fournir un argumentaire précis aux militants PS chargés d'affronter sur le terrain l'ascension ineluctable du vote frontiste élections après élections. C'était déjà l'objet du Guide anti-FN de Yann Galut qui se proposait de «démonter» une par une les propositions du FN sur l'Europe, la mondialisation et l'immigration.

» Surveiller les maires FN. Alors que 11 villes sont tombées dans l'escarcelle frontiste en mars dernier, les militants se tiennent prêts à décortiquer l'action des maires FN. Un «pôle ressource juridique» est notamment prévu.

Les socialistes comptent également organiser un colloque sur la «montée des populismes» et ainsi qu'un séminaire de travail à la fin qui aura lieu le 29 novembre.

Un projet qui n'a pas l'air d'impressionner le vice-président du Front National Florian Phillipot, qui a tweeté: «Le PS lance, une énième fois, une cellule anti-FN remplie d'experts et universitaires: leur désarroi en devient touchant..

Ce n'est pas la première fois qu'une telle «contre-attaque» est lancée. Une cellule similaire, chargée d'organiser «la réflexion et la riposte» avait déjà été créée il y a deux ans, en septembre 2012 pour endiguer la progression de l'extrême-droite.
Par Eugénie Bastié le 10/10/2014