Philippot 2

Communiqué de Presse de Florian Philippot, Vice-Président du Front National du 11/10/2014

La suspension de l’écotaxe est un nouvel écran de fumée qui masque la création d’une nouvelle taxe sur les sociétés d’autoroute, dont le coût sera encore une fois supporté par les usagers de la route, transporteurs routiers et automobilistes.

Elle démontre toutes les erreurs de la politique UMPS, dépourvue de cohérence et de vision.

Supprimer l’écotaxe : oui ; en créer une autre : non !

Le problème du financement des infrastructures routières ne sera résolu que lorsque l’Etat aura modifié en profondeur le modèle économique des sociétés d’autoroute.

Depuis la privatisation scandaleuse de ces sociétés, l’Etat s’est privé d’une manne financière immense. En dix ans, ce sont pas moins de 15 milliards d’euros de dividendes qui ont été versés à leurs actionnaires.

Autant d’argent qui n’a donc pas été réinvesti dans les infrastructures et la modernisation du réseau.

Aujourd’hui, faute de pouvoir compter sur les sociétés d’autoroute davantage soucieuses de préserver leurs marges, leurs bénéfices et les dividendes de leurs actionnaires, l’Etat est appelé à l’aide alors qu’il s’est lui-même privé de moyens par une politique stupide d’austérité, qui a contracté l’activité et aggravé la dette et les déficits.

Le Front National, qui s’oppose à toute nouvelle taxe, propose une re-nationalisation progressive des sociétés d’autoroute, autofinancé par le rendement des péages. La puissance publique, seule capable d’assurer un haut niveau d’investissement doit également être la seule à en récupérer les fruits, dans le sens de l’intérêt général.

Front National