SNCM Danielle Casanova

Communiqué de Presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National du 04/11/2014

Le dépôt de bilan de la SNCM est un immense gâchis pour le service public français, qui tient à deux magistrales trahisons.

La première trahison est celle des gouvernements français qui ont sciemment laissé l’Union européenne couler la SNCM. L’UE a en effet condamné la SNCM à rembourser à l’Etat 440 millions d’euros, estimant qu’une aide publique à ce service public pourtant essentiel était injustifiée

Plus que jamais il apparaît que l’Europe de Bruxelles est la grande ennemie du service public.

La seconde trahison est celle de la CGT locale, qui n’a eu de cesse pendant ces périodes difficiles d’enfoncer encore davantage la SNCM par une attitude irresponsable, contre-productive et coûteuse de blocage systématique.

Au final ce sont les milliers de salariés qui risquent de payer cher ces trahisons !

L’Etat doit en conséquence tout entreprendre pour sauver le service public français et le principe de continuité territoriale entre le continent et la Corse, en annulant d’autorité la décision de l’UE à l’encontre de la SNCM, et en faisant émerger une structure libérée de la pression suicidaire des apparatchiks de la CGT locale.

Front National