Bay Nicolas FN

Communiqué de Presse de Nicolas Bay, Secrétaire général adjoint du Front National, Député français au Parlement européen du 06/11/2014

Le rapport parlementaire Ciotti relevant les abus du droit d’asile donne une nouvelle fois raison au Front National sur le diagnostic qu’il établit depuis de nombreuses années quant aux problèmes fondamentaux générés par l’immigration de masse.

Sous prétexte de droit d’asile, dont les critères de demande et d’acquisition sont à la fois larges et flous, on apprend que 600 millions d’euros sont alloués par l’État au programme «immigration et asile» pour 2014, et que le coût de la prise en charge mensuelle d’un clandestin s’établit à 870,50 euros par personne. L’aide temporaire d’attente (ATA), versée aux demandeurs d’asile, a augmenté de «367 % entre l’année 2007 et l’année 2013». Pire, les demandeurs d’asile se voient octroyer en priorité les logements d’urgence, au détriment de citoyens français pourtant largement victimes de précarité et de pauvreté.

Ces injustices sont le résultat des politiques d’immigration incontrôlée, menées successivement par l’UMP hier et par le PS aujourd’hui, qui engloutissent des dizaines de milliards d’euros par an, plombent nos comptes publics et sociaux, et détruisent la cohésion nationale.

Le Front National demande le durcissement des conditions de sollicitation du droit d’asile ainsi que la suppression de l’obligation, imposée par Bruxelles depuis 2003, de loger gratuitement les demandeurs d’asile pendant la période de traitement de leur dossier. Cette disposition, outre son coût élevé, constitue une incitation supplémentaire à l’immigration. Le rôle de l’État est de se préoccuper d’abord de l’intérêt général du pays et de ses citoyens avant celui d’étrangers accueillis au nom d’un droits-de-l’hommisme béat et outrancier.

Front National