Philippot Bourgogne

Communiqué de Presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National du 03/12/2014

Le mouvement patronal qui pousse de nombreux petits patrons à descendre dans la rue cette semaine ne doit pas masquer la fracture qui existe entre les petits entrepreneurs et leurs salariés d’un côté, et le grand patronat de l’autre, seul à profiter d’un système qu’il a contribué à mettre en place.

Les difficultés des entreprises sont la conséquence directe des politiques néfastes de l’UMP et du PS menées sous l’influence directe de l’Union européenne et des dogmes mortifères.

C’est l’explosion des normes et une complexité insupportable du droit, c’est aussi et surtout une déprime économique générale qui assèche les carnets de commande des entreprises et bride l’accès au crédit indispensable tant pour le développement que pour la trésorerie.

L’échec du Pacte de responsabilité, de l’aveu même de Monsieur Macron, s’explique en grande partie par cette politique aveugle de soumission à l’Union européenne. Baisser les charges des entreprises c’est bien, mais si la demande reste atone du fait d’un environnement économique déprimé, d’un euro inadapté, d’une concurrence déloyale, alors les entreprises n’ayant pas de charges de travail supplémentaires n’ont aucune raison d’embaucher.

La fracture entre petits entrepreneurs et grands groupes apparaît également dans les résultats du CICE, essentiellement capté par les grosses entreprises, telle une rente qui leur serait réservée.

La politique du gouvernement subit donc l’échec que nous annoncions depuis le départ. Le Pacte de responsabilité ne répond aucunement aux difficultés quotidiennes des petites et moyennes entreprises, qui sont pourtant la clé du redémarrage de l’emploi dans notre pays.

Pour répondre à ces difficultés quotidiennes, tant en termes d’activité, de gestion que de fonctionnement, le Front National propose une série de mesures à mettre en œuvre immédiatement : une simplification massive du droit, dont la complexité et les évolutions sont impossibles à suivre pour les petites entreprises ;

contraindre les banques et les assurances à assumer leurs fonctions au service de l’économie (prêter, rembourser rapidement les sinistres pour assurer une trésorerie) ;

mettre en œuvre une politique de patriotisme économique, avec notamment une loi « Achetons français » et une priorité d’accès aux marchés publics pour les TPE/PME (ce qui suppose de se libérer des règles de l’Union européenne) ;

enfin, mettre en place un impôt progressif sur les sociétés (il n’est pas normal que les petites entreprises payent jusqu’à 3 fois plus d’impôts que les grands groupes adeptes de l’optimisation fiscale, parfois même pratiquée à l’étranger).

Front National