Hénin-Beaumont (62)

Condamné pour détournement de fonds publics, l'ex-maire socialiste d'Hénin-Beaumont a démissionné du conseil municipal. Son remplaçant siège désormais avec le FN de Steeve Briois.

Faire campagne contre le FN et le rallier neuf mois plus tard. C'est en substance ce qu'il se passe à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), où le troisième de liste divers-gauche de Gérard Dalongeville, Clément Golka, a demandé à rejoindre la majorité frontiste de Steeve Briois. L'intéressé, un retraité président de l'association des anciens combattant, confirme au Scan être devenu apparenté FN. Et ne voit pas en quoi cette intronisation pose problème. «J'étais tout seul dans un coin, je ne suis pas encarté, il y a beaucoup de choses à réaliser à Hénin-Beaumont, je voulais m'investir et devenir apparanté pour travailler avec la majorité», explique-t-il simplement.

Au conseil municipal, Clément Golka a dû remplacer l'ancien maire d'Hénin-Beaumont Gérard Dalongeville au pied levé après qu'il a jeté l'éponge, en novembre, embarassé par sa condamnation judiciaire. «Je lui ai parlé de mon souhait de rejoindre la majorité, il était d'accord avec mon choix, pour que je puisse intégrer des commissions», raconte le nouveau conseiller municipal.

Intégré par la majorité FN

Pour passer de l'autre côté, il indique au Scan avoir simplement envoyé une lettre au maire FN, Steeve Briois, en lui exposant les motifs de son ralliement. «Je lui ai expliqué que je souhaitais m'investir, faire des choses concrètes, comme renforcer la présence policière à Beaumont et aider les associations patriotiques d'anciens combattants», détaille-t-il. Un débat a ensuite été organisé par Steeve Briois au sein du groupe majoritaire, qui a accepté d'accueillir Clément Golka.

Marine Tondelier, conseillère municipal d'opposition et responsable EELV, a dénoncé cette «inversion stupéfiante des pôles magnétiques» dans un long post de blog, soupçonnant l'existence d'un «pacte de non-agression» entre le FN et Gérard Dalongeville. «L'opposition trouve cela anormal alors qu'ils ont dans leur rang un ancien adjoint à Dalongeville, David Noël», tente de contester Bruno Bilde, conseiller municipal FN. «Clément Golka est une personnalité très apprécié», vante l'élu. «Il n'était pas proche de nous au départ, mais il s'est rendu compte des résultats de la nouvelle municipalité en neuf mois».

L'arrivée de Clément Golka au conseil municipal d'Hénin-Beaumont intervient après la démission de Gérard Dalongeville, ancien maire de la ville de 2001 à 2009. Ex-socialiste, il avait obtenu 9,8% des suffrages avec sa liste divers-gauche lors de l'élection de mars 2014. Il était devenu conseiller municipal d'opposition malgré sa condamnation en août 2013 à quatre ans de prison, dont trois ferme, pour détournements de fonds publics. Il s'est finalement désisté de son appel et a laissé son siège à son troisième de liste, Clément Golka, la deuxième ayant refusé de siéger.

En 2012, Gérard Dalongeville avait publié Rose Mafia, un livre au vitriol dénonçant la corruption de personnalités socialistes du Pas-de-Calais. Sa campagne municipale était centrée notamment sur le combat contre le FN.

Par Mathilde Siraud le 03/12/2014

Le Figaro