Marine officielle

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National du 09/12/2014

Alors que l’Assemblée nationale doit examiner à partir d’aujourd’hui un projet de loi portant réforme du droit d’asile en France, l’UMP recommence son numéro d’enfumage et de fausse opposition.

Ce texte de loi, dont la finalité ne vise qu’à augmenter les droits des demandeurs d’asile (regroupement familial facilité, accès à un avocat dès le début de la procédure, recours suspensifs, etc.), ne réduira en rien les flux grossissants de l’asile et de l’immigration clandestine qui en découlent, au point que notre pays est engorgé et notre système d’accueil étouffé. Bien au contraire, il créera un nouvel appel d’air.

Par ailleurs, ce texte de loi n’est rien moins qu’une transposition en droit français de deux directives européennes devant entrer en application d’ici juillet 2015. L’UMP fait donc mine de combattre à l’Assemblée nationale ce qu’elle soutient depuis toujours, en votant des Traités et des textes européens qui rendent automatique et obligatoire la transposition des directives en droit français.

Toute critique émanant de ce parti, sur ce thème en particulier, relève donc de la comédie pure et simple.

Le quinquennat de Nicolas Sarkozy a vu de surcroît une explosion des demandeurs d’asile dans notre pays (+85% depuis 2007, 60 000 demandeurs par an), un rythme poursuivi par son successeur François Hollande. Que ce soit par sa politique laxiste en France, ou par ses choix désastreux de politique étrangère (notamment la guerre en Libye), Nicolas Sarkozy a été lui-aussi un président de l’hyper-immigration clandestine.

Aujourd’hui, les structures publiques de rétention, d’hébergement et de traitement des dossiers des demandeurs d’asile sont saturées.

Il convient donc, à l’inverse de cette « réforme » de durcir considérablement les conditions d’accès au droit d’asile et de mettre fin au logement gratuit le temps d’instruction du dossier, pour en revenir à son esprit initial : celui de l’accueil d’individus réellement menacés par leur gouvernement, et non de populations entières. Sous l’action du PS comme de l’UMP, le droit d’asile est ainsi devenu une filière à part de l’immigration massive.

Seul le Front National propose l’arrêt de cette immigration, qu’elle soit légale ou illégale, ce qui suppose de retrouver les leviers de notre politique migratoire en se dégageant du carcan européen, en retrouvant notre souveraineté législative et des frontières nationales, un droit propre considérablement renforcé, et des moyens policiers décents pour mettre en oeuvre cette politique.

Front National