Agriculture 4

Communiqué de Presse de Edouard Ferrand et Philippe Loiseau, députés français du Front National au Parlement européen du 19/12/2014

Après une année 2013 très médiocre, 2014 s’achève avec des prévisions de revenus inquiétantes pour l’agriculture française. La baisse de 5% du revenu moyen, estimé à 24 400 euros, confirme que la grande majorité des filières s’enfonce dans une crise durable. Les revenus des arboriculteurs, des éleveurs de bovins (filière viande) ou de porcs, des maraîchers restent au plus bas. Ceux des céréaliers, et plus largement de toutes les grandes cultures, plongent. Les revenus des éleveurs laitiers, théoriquement en hausse, seront probablement revus à la baisse avant une année 2015 qui s’annonce très dure du fait de l’embargo russe, de la chute générale des cours et du risque de surproduction mondial.

Le Front National refuse de se plier à l’analyse superficielle sans cesse ressassée qui voudrait que la « conjoncture soit mauvaise » et les « marchés de matières premières en baisse ». Conjoncture et marchés ne sont pas la cause de ce qui apparaît de plus en plus comme une crise de l’agriculture française : ils n’en sont que les symptômes. Les causes réelles, tous les agriculteurs les connaissent : financiarisation excessive des marchés des matières premières, absence de régulation, dumping social et environnemental des pays concurrents, y compris au sein de l’Union européenne, soit autant de fléaux contre lesquels la PAC 2014/­2020 ne permet pas de lutter.

L’aveuglement de l’UMPS, couplé au fanatisme dérégulateur des technocrates de la Commission européenne, achève de ruiner notre agriculture, nos industries agroalimentaires ainsi que tous les territoires ruraux qui en dépendent. Avant qu’il ne soit trop tard, le Front National appel à se mobiliser en faveur d’une politique agricole française apte à garantir des prix rémunérateurs à nos agriculteurs.

Front National