Djihadiste français 2

Communiqué de Karim Ouchikh, président du SIEL, Administrateur national du Rassemblement Bleu Marine
Conseiller de Marine Le Pen à la Culture et à la Francophonie, Conseiller municipal de Gonesse du 23/12/2014

Samedi dernier, un individu originaire du Burundi, qui affichait le drapeau de l’Etat islamique sur son réseau social, a agressé trois policiers avec un couteau au commissariat de Joué-lès-Tours en criant « Allah Akbar », avant d’être abattu. L’hypothèse de l’acte terroriste est privilégiée par les forces de l’ordre. Lundi soir, un automobiliste a foncé sur un marché de Noël dans le centre de Nantes, tuant une personne parmi les 10 personnes blessés avant de tenter de se suicider de plusieurs coups de couteaux, au lendemain d’un incident similaire survenu à Dijon. Les autorités ont évoqué dans ces deux derniers cas des agissements de « déséquilibrés ».

Loin d’être insignifiants, ces attaques gravissimes doivent être replacées dans leur contexte international : depuis plusieurs mois, l’État Islamique diffuse largement des vidéos dans lesquelles des djihadistes francophones, partis en masse en Syrie ou en Irak, appellent à s’en prendre par tous les moyens à la France et aux Français. Devant une offensive aussi inédite, qui trouve de larges échos en France parmi de nombreux esprits égarés, le gouvernement Hollande manifeste une absence inquiétante de discernement et oppose une résistance qui n’est pas à la hauteur de la gravité de la situation.

Sans sombrer dans la psychose collective, la France ne doit faire preuve d’aucune faiblesse face aux radicaux islamistes qui agissent impunément sur notre sol : la tolérance zéro doit être une priorité absolue pour prévenir, combattre et éradiquer effectivement le fléau du terrorisme aveugle qui menace lourdement la sécurité des biens et des personnes dans notre pays. C’est pourquoi le SIEL réclame la mobilisation immédiate de tous les services de l’Etat et la mise en œuvre des huit mesures d’ordre public suivantes:

1 - Déchéance de la nationalité française pour les ressortissants binationaux engagés dans des réseaux djihadistes, en France ou à l’étranger.

2 - Interdiction de retour sur le territoire national des djihadistes français impliqués dans des actes de terrorisme.

3 - Ouverture en France d’un centre de détention permettant d’isoler et de réprimer les individus qui seraient candidats au départ pour le djihad ou qui seraient soupçonnés d’actes à visée terroriste.

4 - Création d’une ‘‘police anti-djihad’’ dotée de moyens humains et matériels puissants et renforcement des institutions judiciaires dédiées à la lutte contre le terrorisme.

5 - Interdiction des librairies et sites internet diffusant la propagande djihadiste.

6 - Contrôle et répression des foyers de propagande djihadiste sur les réseaux sociaux.

7 - Fermeture immédiate des mosquées soupçonnées de contribuer au départ de candidats au djihad, comme à Lunel (Hérault).

8 - Suspension des prestations sociales versées aux familles de djihadistes.

SIEL