Baumettes photos trafic

Une page Facebook avec des «selfies» de détenus exhibant argent, shit et téléphones portables a été fermée le 31 décembre par la direction du centre pénitentiaire des Baumettes à Marseille. Les syndicats dénoncent un manque de moyens.

«Cette prison est devenue un centre de vacances», s'indigne une syndicaliste de FO. Ce lundi, le journal La Provence révèle la - brève - existence d'une page Facebook alimentée par des prisonniers du centre pénitentiaire des Baumettes, à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Sur les photos publiées, les détenus s'exhibent sans complexe avec des téléphones et des liasses d'argent. La mode des «selfies» a visiblement passé les murs épais de la célèbre prison. De quoi faire réagir plusieurs élus de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Après quelques semaines d'existence et 4 800 «like», la page «MDR o baumettes» (Mort de rire aux Baumettes, ndlr) a été supprimée par la direction, même si certains contenus restent visibles dans les archives de Google. Mais les syndicats ont décidé que cet incident ne devait pas rester une simple anecdote que l'on se raconte accoudés aux comptoirs de la cité phocéenne. Dans le quotidien de Marseille, les syndicats de surveillants dénoncent un manque d'effectifs et de moyens.

Sur les photos, pas de doute: le personnel n'arrive plus à contrôler ce qui se passe dans l'établissement. Sur l'un des clichés, un détenu pose fièrement avec une liasse de billets de 50 euros, qui sont interdits par le règlement. Un autre fume ostensiblement le narguilé ou joue avec son téléphone portable, également interdit. Pire : des barrettes de shit sont exposées sans complexe sur la table d'une cellule. Les photos sont visiblement prises sans difficulté, partout, des coursives aux parties plus privées.

Ciotti veut un «plan Marshall à la française»

«Cette page n'a rien de valorisant pour nous, pour le travail fait chaque jour par les surveillants. Mais c'est un fait, les détenus sont livrés à eux-mêmes», explique le représentant de la CGT, David Cucchietti. De telles photos prouvent certes l'incapacité du personnel à faire son travail correctement mais semble déjà avoir fait l'effet d'un électrochoc. «La situation est devenue ingérable avec en moyenne un surveillant pour 130 détenus», poursuit le syndicaliste. Si les dérives dans les prisons sont régulièrement dénoncées par le personnel et parfois même les détenus, cette fois, plusieurs élus ont réagi.

Le député Eric Ciotti, secrétaire général adjoint de l'UMP, interpelle la garde des Sceaux via un autre réseau social. «Christiane Taubira, allez-vous enfin donner des moyens à la justice?» demande-t-il sur Twitter, légendant ainsi la Une du journal La Provence. Et d'ajouter sur son blog que la ministre de la Justice «doit prendre conscience de la gravité de la situation et se décider à engager toutes les réformes nécessaires en mettant en place un véritable plan Marshall à la française pour les prisons.

«Liasse de billets, téléphones, Baumettes centre vacances? Cela est honteux, besoin de moyens dans politique carcérale», commente également le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi.

A plusieurs reprises ces derniers mois, les surveillants des Baumettes ont dénoncé leurs mauvaises conditions de travail. En octobre, il avaient protesté devant l'entrée de la prison. Il manque selon eux au moins 50 gardiens pour remplir correctement leurs missions. En mai, ils avaient également lancé une opération escargot et avaient bloqué le rond-point du Prado en distribuant des tracts. La polémique autour de la page Facebook pourrait bien donner un coup de pouce à leurs revendications.

Le 05/01/2015

Le Parisien

Note BYR : Mais où s'arrêtera donc le foutage de gueule de l'UMP ?. Messieurs Estrosi et Ciotti ont-ils souvenir qu'ils étaient au pouvoirdurant plus de dix ans ?. Ils sont, au même titre que leurs cousins du PS, responsables de la situation actuelle de notre pays et ce dans l'ensemble des domaines. Celles des prisons n'en est qu'une illustration.