Valls AN

Communiqué de Presse du Front National du 12/01/2014

Dans sa prétendue politique de lutte contre la mouvance djihaddiste en France, Manuel Valls a annoncé de plates intentions au sujet du renseignement et de l’isolement des détenus en lien avec ce fléau.

Outre le caractère parfaitement insuffisant de ces mesures qui, à ce stade, n’ont rien de concrètes, le Premier ministre n’aborde aucune des questions majeures liées à ce problème : ni l’immigration massive, ni le développement du communautarisme, ni l’absence de frontières.

La première vraie mesure qui pourrait traduire un début de volonté politique, serait le gel immédiat de la réduction des moyens humains, matériels et financiers appliquée aveuglement à nos services de sécurité.

Manuel Valls doit annoncer la fin de l’austérité qui fauche les effectifs de nos armées et rend impossible l’exercice normal des missions de la police, de la gendarmerie, comme de l’administration pénitentiaire.

Le gouvernement a-t-il l’intention de redonner à l’Etat tous les moyens nécessaires pour assurer la sûreté de la France dans toutes ses dimensions ? Ou bien est-il dans l’enfumage répété ? Car pour l’heure, le seul bilan du gouvernement, partagé avec l’UMP, est la réduction drastique de ces moyens depuis plus de 10 ans.

S’il n’annonce aucune rupture avec l’austérité bruxelloise, alors les intentions exprimées par Manuel Valls n’auront été, une fois de plus, que de vains slogans sans lendemain.

Front National